Llamadas del XXII Capítulo General

 


 



 


Conectarse

Hermanos maristas

RSS YouTube FaceBook Twitter

 

Foto de hoy

Hungría: Saint Paul Marist School Karcag

Hermanos maristas - Archivo de fotos

Archivo de fotos

 

Últimas novedades


FMSI


Archivo de novedades

 

Calendario marista

15 julio

Santos: Buenaventura, Jaime, Segundo

Calendario marista - julio

Hermanos fallecidos

 
2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018

H. Joseph Richard

 Fecha de la muerte: 15/04/2018
Lugar: Francia, Genis-Laval
Provincia: LHermitage
Edad: 99FMS
Leer el documento enviado por la Provincia


Le Seigneur a accueilli dans la paix de sa maison Frère Joseph RICHARD décédé le dimanche 15 avril 2018 à l’âge de 99 ans, dont 81 ans de profession religieuse. Le Frère Provincial des Frères Maristes, les Frères de la Province L’Hermitage, la communauté de Saint Genis-Laval (69), sa famille et ses amis, vous invitent à les rejoindre par la prière. La messe de funérailles sera célébrée le vendredi 20 avril, à 15h00, à la chapelle du Montet, suivie de l’inhumation au cimetière de la communauté. Qu’il repose dans la paix du Seigneur.

Joseph naît le 1er mars 1919, à St Martin-en-Haut où son père est cultivateur. Il y fréquente l’école, avant d’entrer, en déc. 1933, au juvénat de St-Genis-Laval. En févr. 1935, du fait que la situation des congrégations reste précaire en France, il est envoyé, comme tous les aspirants de la province de St Genis-Laval, pour le postulat et le noviciat à San Maurizio Canavese (Turin) où il fait sa première profession, le 8 sept. 1936. Puis ce sont les études à St-Genis-Laval, couronnées, en sept. 1937, par le diplôme du brevet élémentaire, indispensable pour enseigner. Il devient alors instituteur adjoint à Chaponost, avant une longue interruption due au service militaire, puis à la guerre. Ce n’est qu’en sept. 1942 qu’il redevient enseignant à l'école de Cours. Il est directeur à Anse en 1946-1949, avant de faire un court séjour à Issenheim. En 1950, à 31 ans, il commence une longue carrière de directeur de petites écoles : Aveize (1950-56), Condrieu, puis Mornant (1958-63). On y apprécie non seulement ses capacités pédagogiques, mais aussi sa discrétion, sa compréhension, son amabilité, tant avec les élèves qu'avec les parents, et ses grandes capacités techniques.

À cause de ses éminentes qualités et compétences, il est désigné pour établir à St-Quentin-Fallavier (Isère) un centre de formation technique pour des jeunes frères doués dans ce domaine. Cet essai, en réponse à un souhait du Chapitre général, n’a guère de succès. En 1968, F. Joseph est appelé à Bangui (RCA) pour être économe du collège des Rapides. Mais, en raison de la situation politique trouble du pays, et des fortes répercussions sur la communauté, il ne pourra y rester que trois ans. En 1971, il commence à St-Genis-Laval une période de plus de trente ans, durant laquelle son esprit de service et de dévouement va s'exercer dans toutes sortes de domaines techniques : petites réparations et grandes séries de meubles : bancs de la chapelle, tables de réunion et autres, avec l'aide de l'un ou l'autre confrère, particulièrement F. Jérôme Billod (à partir de 1997). Tout ceci ne l'empêche pas de mener une vie religieuse exemplaire avec la communauté. Puis, venu l'âge d'abandonner tout travail, le voilà, depuis 2005, à l'EHPAD, se contentant de sillonner les couloirs, le chapelet à la main durant des journées, et s’affaiblissant lentement jusqu’à ce 15 avril 2018 où le Seigneur vient de le rappeler à Lui dans sa paix et sa joie sans fin.