Home > E-maristes > Champagnat > Letters of Champagnat > Lettres de Marcellin 033

 


 



 


Social networking

Marist Brothers

RSS YouTube FaceBook Twitter

 

Today's picture

Brazil: Solidarity Mission of the Province of Brasil Centro-Sul - Santos

Marist Brothers - Archive of pictures

Archive of pictures

 

Latest updates

 


Calls of the XXII General Chapter



FMSI


Archive of updates

 

Marist Calendar

21 July

Saint Lawrence of Brindisi
1951: The first brothers left for Japan

Marist Calendar - July

Lettres de Marcellin 033

 

Br. Marcellin Champagnat
01/1834


In other languages
English  Español  Português  

La lettre n'est pas datée, mais il est facile de constater qu'elle fut écrite à l'occasion du nouvel an. Quant à l'année, nous pouvons la déterminer d'après la phrase écrite par Frère Antoine sur le première page : « Mon bien cher Père, c'est avec la permission de Monsieur le Curé et la mienne que le cher frère Théophile se rend à l'Hermitage pour les raisons qu'il vous dira. Votre humble serviteur, frère Antoine ». Or, Frère Théophile ne se trouvait à Millery que durant I'année scolaire de 1833/34 (voir répertoire biographique), ce qui nous situe donc en janvier 1834. Dans Circ. I, p. 1,78, on précise le jour, à savoir le 15 janvier, mais nous n'avons pas d'autre preuve pour le confirmer.
Le contenu de la lettre correspond bien avec I'atmosphère qui régnait dans I'Institut tout de suite après la promulgation de la loi scolaire. Plusieurs Frère en exercice, tel Frère Antoine, n'ayant pas leur brevet (cf. A.A. p.137 et 139), pouvaient donc craindre d'être inquiétés.
Pour écrire cette lettre, le Père Champagnat prit tout simplement le papier sur lequel se trouvait le mot de Frère Antoine. Frère Théophile a dû la rapporter lui-même en retournant à Millery, car elle ne porte aucune indication postale.

Mon bien cher frere Antoine,

Je ne doute pas un instant de la sincerité des voeux que vous formez pour moi. Croyez aussi que je ne soupire que pour votre bonheur.

Je suis charmé que Mr. le maire vous laisse la paix. Maintenant tous nos autres établissemens sont pareillement en paix. A Dieu seul en soit tout l'honneur et la gloire.

J'arrive de Montbrison, c'est le second voyage que j'y fais. J'ai été bien reçu de Mr. le préfet. Il me promet que j'aurai une autorisation, que le gouvernement ne peut qu'aprouver une oeuvre de cette nature. Je lui ai donné nos statuts et la demande que nous adressons au roi.


Le ff. Jean Marie et Jean Louis a été a St Etienne le 27 du mois dernier pour y être examinés. Ils y ont trouvé un bon nombre de maîtres ainsi que trois Frères des Ecôles Chrétiennes. Ils ont reçu chacun un brévêt et les nôtres aussi. De tous les maîtres laïcs un seul a été breveté. On a procédé très justement à cette examen.


Je suis très pressé, je n'ai que le temps de vous dire que je vous laisse dans les très Sacrés Coeurs de Jésus et de Marie. CHAMPAGNAT, sup.

2960 visits