Home > E-maristes > Champagnat > Letters of Champagnat > Lettres de Marcellin 126

 



Wherever you go

Rule of Life of the Marist Brothers


 



 


Social networking

Marist Brothers

RSS YouTube FaceBook Twitter

 

Today's picture

Sri Lanka: Students of Maris Stella College - Anuual picnic to Kalpitiya

Marist Brothers - Archive of pictures

Archive of pictures

 

Latest updates

 


Calls of the XXII General Chapter



FMSI


Archive of updates

 

Marist Calendar

10 December

Saint Gregory III, Pope
International Day of Human Rights (UN)
First Marist foundations in Kenya (1984)

Marist Calendar - December

Lettres de Marcellin 126

 

Br. Marcellin Champagnat
04/08/1837


In other languages
English  Español  Português  

Frère Apollinaire est à St.-Paul depuis deux ans (cf. Lettre 60, renvoi), mais il a dû faire plusieurs interruptions (cf. Lettre 65) sans doute pour cause d'une maladie qu'il a traînée durant de longues années (cf. Lettres 728, 141, 147, 198). A l'époque de cette lettre une nouvelle crise s'est déclarée. Le Père Champagnat, plein de sollicitude pour ce jeune malade I'invite à se reposer, car la santé passe avant les études et les diplômes.

V.J.M.J.

Notre Dame de l'hermitage 4 août 1837

Mon bien cher frere Apolinaire,

J'ai été extremement affligé de ne pouvoir pousser mon voyage jusques à St Paul Trois Chateaux. Je désirois singulierement de vous voir afin de vous procurer toutes les consolations dont j'aurois été capable. Ce qui mafflige sur tout, c'est qu'on m'a dit vous etes indisposé. Il ne faut pas, mon cher ami, vous mettre malade de manière à ne pouvoir vous en relever. Fussiez vous a l'armée, on vous accorderoit du temps pour vous remettre. Demandez la permission à Mr. Mazelier et venez vous remettre. Si vous n'avez pas votre brevêt au mois de septembre, vous l'aurez plus tard, nous ne voulons pas vous enterrez sitôt, vous n'avez pas encore suffisamment fait pour le ciel. J'ai le coeur navré de vous savoir malade. Jettez vous entre les bras de notre commune Mère, elle sera touchée de votre position et de celle de vos confreres, elle peut très bien y remedier.

Temoignez à Mr. le superieur tout le regret que vous avez de ne pouvoir en ce moment pousser jusques à bout votre instruction pour le brevet. Faites constater votre maladie par Mr. le medecin a Mr. le maire, si Mr. Mazelier le juge à propos.

Remerciez bien le cher frere qui vous a donné des leçons et tous ceux qui vous ont rendu quelque service. Quand vous serez gueri, vous y retournerez.

A Dieu, mon cher frere, je vous laisse dans les Sacrés Coeurs et suis votre très dévoue pere en Jesus et M(arie). Champagnat

PS. Si frère Victor peut pousser jusques au mois de septembre, il ira a lexamen avec le cher frere Cyprien et le frere Andronic.

3215 visits