Home > E-maristes > Champagnat > Letters of Champagnat > Lettres de Marcellin 185

 


 



 


Social networking

Marist Brothers

RSS YouTube FaceBook Twitter

 

Today's picture

France: New provincial council of l'Hermitage: Mathaios Levantinos, Jaume Pares, Michel Morel, Pere Ferre, Provincial, Xavier Giné, Ramon Rúbies, Gabriel Villa-Real

Marist Brothers - Archive of pictures

Archive of pictures

 

Latest updates

 


Calls of the XXII General Chapter



FMSI


Archive of updates

 

Marist Calendar

22 July

Saint Mary Magdalene
1816: Marcellin Champagnat was ordained a priest in Lyons

Marist Calendar - July

Lettres de Marcellin 185

 

Br. Marcellin Champagnat
12/04/1838


In other languages
English  Español  Português  

Ne possédant pas la lettre de Frère François à laquelle celle-ci fait réponse, il nous est impossible de dire si le Père Champagnat prit de lui-même la décision de rentrer ou si Frère François en a manifesté le désir pour régler les affaires en suspens. Quoi quil en soit IAffaire semble suivre lentement son cours et le Père ne pouvait pas sans cesse harceler les personnalités qui se dévouaient pour lui. De son côté Frère François ne pouvait pas indéfiniment répondre aux personnes qui demandaient des Frères dattendre parce que le Supérieur est absent. Dailleurs, si les voyages avaient été plus faciles, certainement que le Père naurait pas attendu si longtemps sans retourner, quitte à revenir plusieurs fois, ce quil fera dailleurs puisquil retournera vers la mi-mai. Pour ce qui concerne la date exacte de son retour, Frère Avit note simplement (A.A.p.241) que « le bon Père rentre à IHermitage comme il Iavait promis », donc le 28 avril, ayant quitté Paris trois ou quatre jours avant, le temps du voyage.

V.J.M.J

12 avril 1838, Paris, Missions étrangères, rue du Bac, nº 120.

Mon bien cher frère,

J ai reçu hier soir votre lettre et je mempresse dy répondre. M. Ardaillon ne faisait que darriver. Je pense me rendre à lHermitage le 28 du présent mois, à moins que quelque obstacle imprévu vienne encore me retarder, dans ce cas je vous écrirai de nouveau. Je vais, ces jours ci faire les commissions que vous me donnez et terminer les autres que jai déjà.

Nos affaires concernant notre autorisation sont toujours en bonne marche, je veux dire quelle néprouvent dautres difficultés quune lenteur accablante, malgré tout ce quon peut faire. Continuons nos prières, cest lunique moyen.

Je pense, mon bien cher Frère, quà mon arrivée à la maison, vous ne vous contenterez de me dire de mémoire les différentes particularités qui ont formé le tout afin que je puisse continuer, aidé de vos conseils et de ceux des autres membres à gouverner la maison. Il est important que vous ayez une note, jour par jour, depuis mon départ. Entendez vous avec le cher Frère Stanislas, Jean Marie et les autres Frères employés, Frère Bonaventure, une note aussi pour ce qui les regarde. Je nentends pas seulement les Frères qui sont dans la maison, mais même ceux des établissements: les demandes faites, en un mot, tout ce qui interesse ou doit interesser un superieur de communauté.

Ma santé est toujours bonne, je nai presque point éprouvé des maux destomac. Si je ne sentais pas que ma présence est demandée par plusierus affaires, je ne presserais pas tant mon départ. Jespère dailleurs que notre importante affaire nen souffrira rien étant trop avancée. Frere Jean Marie me presentera les comptes, je lespere, aussi bien en regle.

Le départ de ma lettre est retardé jusques aux 13 avril. A Dieu, mon bien cher Frère, je prends bien part à la peine qua pu vous causer la mort de votre frère. Mille choses à Mr. Matricon, Besson et à tous les bons Frères qui ont fait des voeux perpetuels et aux autres que jembrasse dans les Sacrés Coeurs de Jésus et de Marie, en attendant que je les embrasse de corps. Vous aurez encore le temps de mecrire ici à Paris, sil est necessaire.

Il fait froid aujourdhui à Paris.

Votre tout dévoué,

CHAMPAGNAT.

2947 visits