Home > E-maristes > Champagnat > Letters of Champagnat > Lettres de Marcellin 205

 


Wherever you go

Rule of Life of the Marist Brothers


 



 


Social networking

Marist Brothers

RSS YouTube FaceBook Twitter

 

Today's picture

Hong Kong: St. Francis Xavier's School Tsuen Wan

Marist Brothers - Archive of pictures

Archive of pictures

 

Latest updates

 


Calls of the XXII General Chapter



FMSI


Archive of updates

 

Marist Calendar

12 November

Saint Josaphat

Marist Calendar - November

Lettres de Marcellin 205

 

Br. Marcellin Champagnat
12/08/1838


In other languages
English  Español  Português  

M. Champagnat répond à son neveu, Jean-Baptiste Guillaume Champagnat, Frère Théodoret Iautorisant à se faire acheter ce dont il a besoin. Le père de celui-ci, Jean-Barthélemy Champagnat, né le tr2 mars 1777, est le frère aîné du Fondateur. De Marie Clermondon, sa femme (cf. L. 180), il eut six enfants: Marie-Anne, née le 15 septembre 1812; Jean-Pierre, né le 5 mai 1814; Marie-Françoise, née le 14 mars 1817; François, né le 19 juin 1818 et décédé le 29 mars 1819; Jean-Baptiste Guillaume, né le 23 avril 1820 (Frère Théodoret); François-Régis, né le 26 juillet 1826 (Frère Régis décédé dans la congrégation à 58 ans). (cf. AFM, 142.3.10) La lettre 180 nous apprend que Jean-Pierre et François Régis voulaient suivre leur frère Jean-Baptiste. Peut-être pour des raisons de santé, Iaîné na pas poursuivi son projet, quant à François-Régis il est au « juvénat » de Grange Payre. Il prendra Ihabit religieux le 4 février 1839. (R.V. l, p. CII).
La lettre ne porte aucune adresse, la deuxième feuille ayant été enlevée, mais il ne fait guère de doute que Frère Théodoret se trouve avec Frère Polycarpe à Ampuis (cf. Répertoire biographique)

V.J.M.J.

Notre Dame de Lhermitage,
12 aout 1838.

Mon bien cher neveu,

Je permets au frere Policarpe de vous acheter ce qui vous est nécessaire. Votre petit frere est à la Grange Pere , bien content, et Jean Pierre va mieux. Vos autres parents se portent bien aussi.

Vous êtes content dans votre vocation, jen bénis le bon Dieu. Remplissez bien vos devoirs envers Dieu et envers le prochain et vous serez toujours content et, de mon côté, je naurai que des actions de grâces a rendre a Dieu en vous temoi[g]nant ma satisfaction.

A Dieu, mon cher ami, ne doutez pas de mon attachement pour vous. Mes amitiés au bon frere Directeur que jaime aussi.

Tout à vous dans les Sacrés Coeurs,

CHAMPAGNAT

3221 visits