Home > E-maristes > Champagnat > Letters of Champagnat > Lettres de Marcellin 232

 


 



 


Social networking

Marist Brothers

RSS YouTube FaceBook Twitter

 

Today's picture

Sri Lanka: Negombo

Marist Brothers - Archive of pictures

Archive of pictures

 

Latest updates

 


Calls of the XXII General Chapter



FMSI


Archive of updates

 

Marist Calendar

16 July

Our Lady of Mount Carmel
1755: Birth of Jean Baptiste III Champagniat, father of Marcellin

Marist Calendar - July

Lettres de Marcellin 232

 

Br. Marcellin Champagnat
05/12/1838


In other languages
English  Español  Português  

Nous navons pas pu, malgré toutes nos recherches, identifier le destinataire de cette lettre, la seconde feuille portant ladresse ayant été coupée. Lindication du remplacement de Frère Jean-Baptiste est trop vague. Nous ne connaissons pas avec certitude Iemploi de ce dernier, durant Iannée scolaire 1837/38 avant son départ pour Saint-Pol-sur-Ternoise. Daprès un livre de Comptes nous constatons que durant cette période il a fait plusieurs voyages dans les écoles des Frères. On peut en déduire quil faisait fonction de visiteur, mais nous nen trouvons nulle part ailleurs une confirmation. Le même Livre de Comptes ne met aucun Frère en évidence par un certain nombre de voyages durant Iannée 1839, si bien que cette faible piste se perd dans les sables. Dautre part, ils ne sont pas rares les Frères que le Père envoya dans leur famille pour se refaire la santé, mais ce fait nest généralement pas mentionné. Cette lacune, cependant, nenlève rien à la valeur de cette lettre.

V.J.M.J.

Notre Dame de lHermitage,5 Xbre 1838.

Mon bien cher frere,

Nous comptons depuis longtemps de vous voir arriver. Vous mavez dit que le médecin pensoit que les petits voyages seraient très favorable à votre santé. Nous avons un grand besoin de vous pour remplir cette tâche. Le départ du cher Frère Jean Baptiste pour un établissement lointain nous a fait jeter les yeux sur vous. Assez longtemps, mon cher ami, vous avez compté sur les hommes, comptez maintenant sur le secours de Jésus et de Marie. Je vous embrasserai, jespère, dans la huitaine, connaissant comme je connais votre prompte obéissance.

Mes remerciements à M. le médecin qui vous a soigné; mes compliments à vos parents et mes respects à M. le Curé.

A Dieu, tout à vous dans les Sacrés Coeurs,

CHAMPAGNAT.

2949 visits