Home > E-maristes > Champagnat > Other writings of Marcellin > Entretien pour la fête de tous les saints

 


Wherever you go

Rule of Life of the Marist Brothers


 



 


Social networking

Marist Brothers

RSS YouTube FaceBook Twitter

 

Today's picture

United States: Marist youth - Esopus

Marist Brothers - Archive of pictures

Archive of pictures

 

Latest updates

 


Calls of the XXII General Chapter



FMSI


Archive of updates

 

Marist Calendar

21 November

Feast of the Presentation of Mary

Marist Calendar - November

Entretien pour la fête de tous les saints

 

Br. Marcellin Champagnat

Réjouissez vous et faites éclater votre joie, car une grande récompense vous est réservée dans le ciel. en St Matthieu, c. 5. .

Cest, M. F. notre divin Sauveur qui dans lévangile de ce jour nous propose la gloire céleste, non comme un simple héritage qui nous est acquis, mais comme une récompense quil faut gagner. Il savoit, ce divin Sauveur, combien nous sommes intéressés et cest pour cela que, pour nous attirer à lui, il nous prend par notre intérêt. Mais il ne faut pas que cet intérêt soit servile, cest-à-dire quil faut aimer et servir Dieu parce quil est aimable, puisque sa bonté le porte même à nous promettre une récompense, pour exciter de plus en plus notre amour: . Entrons, mes chers frères, dans la pensée de Jésus Christ et ne nous piquons pas dune spiritualité plus sublime que celle qui nous est ens eignée par cet aimable maître; attachons nous à la récompense où il nous appelle quand il nous dit: , etc... Il est de foi, mes chers frères, que nous pouvons la mériter, cette récompense.

Mais pour vous en donner une idée juste, je marrête aux paroles de mon texte. Concevez-en bien lordre: copiosa est in coelis». Cette récompense que Dieu prépare, est une récompense sûre; , la voilà; cest un Dieu qui vous l a promet, il ne tient quà vous de la prendre. Cest une récompense abondante: .

Enfin, cest une récompense qui durera tout léternité puisque cest dans le ciel quelle aura lieu et que dans le ciel il nest plus de changement, ni révolution. Toutes ces qualités, mes f. sont, je crois, bien propre à faire impression sur vos coeurs.

La récompense des élus est une récompense sûre, au lieu que les récompenses du monde sont douteuses et incertaines, ce sera le premier point. La récompense des élus sera une récompense abondante, au lieu que les récompenses du monde sont vides et déf ectueuses, ce sera mon second point. La récompense des élus sera éternelle, au lieu que les récompenses du monde sont caduques et périssables, ce sera le dernier point.

Mes f. lEglise nous propose trois sujets de consolations et de joie en nous mettant devant les yeux la gloire des Sts. et en nous animant par ce motif à les imiter: . Si vous vous conformez à leur exemple, réjouissez vous de ce que vous serez sûrement, pleinement et éternellement récompensé. Au contraire, pleurez, affligez si, malgré tous ces avantages possédé de lamour du monde vous vous sentez peu de goût par la récompense des justes. Non seulement pleurez, mais tremblez , si la dureté de votre coeur vous rend insensible à ces vérités consolantes.

On se fatigue, on sépuise et souvent même on simole pour des récompenses incertaines et quon obtient rarement et dont tous les jours, après de vaines espérances, on sen voit malheureusement ou même injustement frustré. Cest là le sort... Au cont raire, je travaille pour un maître auprès duquel on peut compter quil ny aura rien de perdu.

Cétoit, mes f. ce qui soutenoit et animoit ceux qui nous ont précédé dans la voie de la bienheureuse éternité. Cétoit, dis-je, ce qui soutenoit dans les souffrances lassurance où ils étoient quils recevroient un jour la récompense de leurs action s les rendoit capable de tout entreprendre, de tout souffrir. Patior, disoit un dentre eux, pleins de cette force héroïque que donne la foi: - je souffre, mais bien loin de men affliger, je men glorifie.

Et pourquoi cela, mes chers frères ? Il nous lapprend tout de suite: . Jai corut à la, disoit encore dans la même épître, jai achevé ma course, jai été c onstant dans ma foi, il ne me reste que dattendre la couronne de justice qui mest réservée et que le Seigneur, en ce jour là, me donnera comme juste juge: In reliquo reposita est mihi corona justitiae quam reddet mihi Dominus il illo die justus jud ex. Ainsi parlait lapôtre de Jésus C. , ainsi a droit de parler tout chrétien puisquil reconnoissoit lui-même que cette couronne de justice nétoit pas seulement réservée pour lui, mais généralement et sans réserve à tout serviteur de Jésus Christ :

Car voici, mes chers auditeurs, comment chacun de nous doit raisonner en sappliquant personnellement ces paroles: Je ne sais pas si je serai jamais assez heureux pour mériter la récompense que Dieu prépare à ceux qui laiment, ma is je sçai bien que si je la mérite, je lobtiendrai. Je sai, dis-je, comme il men assure quun verre deau fraiche donnée en son nom ne restera pas sans récompense: .

Et vous, M. F. qui êtes si attaché au monde, pouvez vous tenir un pareil langage à légard du monde et de ses récompenses. Il peut bien dire avec le vrai serviteur de Dieu: credidi»,- je sai en qui jai mis ma confiance. Je sai que je me s uis confié à un injuste, un envieux, un jaloux; je sai que loin de récompenser ce que jai fait pour lui, il me payera de la plus noire ingratitude.

Tandis que le vrai chrétien, plein de confiance dans les promesses de son Dieu: reddet mihi in illo die justus judex». , je sais aussi que cet te récompense nest pas seulement pour moi, mais pour tout homme qui fait la volonté de Dieu: . Mais si la récompense que Dieu prépare à ceux qui le servent est sûre, elle est aussi ab ondante, pleine, au lieu que celles dici-bas sont vaines et défectueuses.
Second point. Pour faire entendre ma pensée, il faut vous expliquer quest-ce que jentens par récompense abondante. Le voici. Mes f. une récompense pleine est abondante, cest une récompense qui surpasse tous les services par où lon sen est rendu digne. Et cest ce que notre divin Sauveur nous dit dans lévangile quand il nous dit: Je vous donnerai, et confestam et coagitatam et superfluentem debunt in sinum vestrum».

On versera dans votre sein une bonne mesure qui sera pressée, qui sera entassée, comblée. En effet, dans létat glorifié des Sts. que cette promesse trouve son accomplissement. Mais prenons les choses plus à la lettre. Jappelle une récompense pleine et abondante, une récompense capable par elle-même de satisfaire le coeur de lhomme: ,- je serai rassasié quand vous me découvrirez votre gloire.

3035 visits