Home > E-maristes > Champagnat > Other writings of Marcellin > Fidélité à la grâce

 


 



 


Social networking

Marist Brothers

RSS YouTube FaceBook Twitter

 

Today's picture

Brazil: Solidarity Mission of the Province of Brasil Centro-Sul - Santos

Marist Brothers - Archive of pictures

Archive of pictures

 

Latest updates

 


Calls of the XXII General Chapter



FMSI


Archive of updates

 

Marist Calendar

21 July

Saint Lawrence of Brindisi
1951: The first brothers left for Japan

Marist Calendar - July

Fidélité à la grâce

 

Br. Marcellin Champagnat

Nous vous conjurons, mes cher frères, avec St. Paul, afin que vous ne receviez pas en vain la grâce de Dieu.

Une chose ici-bas, qui importe grandement; une chose, qui nous intéresse uniquement, une chose, qui nous regarde personnellement, cest le grande affaire (de notre salut), cette unique affaire, cette affaire personnelle dépende premièrement de la grâ ce; secondement, de notre fidélité à la grâce.

Il est donc bien important, mes frères, que vous profitiez des grâces, que Dieu va vous faire dans ces prières des Quarante heures. 1º Parce quelles sont excellentes et précieuses. 2º Parce quelles sont donnés par nombre et mesure. 3º Parce quelles sont donnés avec lobligation den profiter (Elles sont excellentes).

1º Ces grâces sont excellentes et précieuses. Elles sont excellentes pour créer le monde, le ciel et la terre et toutes les richesses quils renferment, et il ne fallut quune parole: Mais pour nous acquérir la grâce de Dieu, Jésus-Christ est descendu du ciel en terre; il a voyagé, sué la sang et eau, et expiré sur une Croix. et indigna». (St. Bernard)
Nous ne recevons pas la moindre grâce, qui nait été achetée bien chèrement par notre Divin Sauveur. St. Paul. Ep. . Toutes les bénédictins, que Dieu nous donne, toutes les faveurs, quil nous fait, cest en Jésus, pour lamour de Jésus et comme à Jésus.

Les dons que les Père Eternel fait a son Fils, ne sont-il pas bien précieuses? pour lui ce sont des récompenses, eu égard aux grands mérites de Jésus-Christ. Ce sont des grâces, des faveurs gratuites, qui ne sont pas faites à tout le monde; .

Non, mes cher frères, tous nont pas le bonheur davoir des prières des Quarante Heures. Je ne dis pas ce qui ne connoîssent pas le véritable religion, mais même beaucoup de ceux qui, comme vous, ont le bonheur de la connaître. Du temps dElie, il y eut une grande famine. le Seigneur envoya son prophète chez une pauvre veuve de Sarepta, ville des Sidoniens; étant à la porte de la ville, il vit une pauvre veuve qui ramassait du bois.

2º Dieu donne ses grâces par nombre et par mesure. St. Paul Ep. 4,13. St. Thomas nous dit très bien que personne na reçu la grâce sans mesure que Jésus-Christ, homme-Dieu; et comme ces t en son pouvoir den donner, ou den donner peu et diversement, comme père de famille, à légard de ses serviteurs. La raison de cela cest que Dieu ne fait rien quavec une très grands sagesse.

Dieu dit dans ses divins secret: jai tant de grâces à donner à un tel, à une telle. A celui-là je veux quil entende dix, vingt, trente sermons; à celui-ci, quil assiste, ou puisse assister trois, quatre prières de Quarante Heures. Dieu seul en sai t le nombre. Après ce nombre, sil en abuse, je le retirerai de ce monde. Je veut que ce père de famille reçoive cet avertissement de son Curé. Sil nen profite pas... Josué, ce grand Capitaine du peuple de Dieu, voulait conquérir la ville de Jérich o. Dieu envoya dix plaies aux Egyptiens pour les convertir, et dit après la neuvième: .

3º Les grâces sont données avec lobligation den profiter. Nous sommes obligés de rendre compte des grâces, que Dieu nous donne. Nous voyons cette vérité clairement démontrée dans lEvangile. Le Fils de Dieu se compare à un père de famille, qui donn e des talents à ses serviteur, pour quils les fassent valoir. Après quelque temps, il leur fait rendre compte.

St. Paul dit que la prédication de lEvangile produit des effets tant différents dans les auditeurs. Idem. St. Bernard dit à ce sujet une chose étrange: Sil disait: craignez quand Dieu vous menace de ses jugements. Quand les Israélites négligent de ramasser la Manne, elle se pourrissait et se changait en vers. Il nest rien d e si doux et de si précieux que la grâce de Dieu; mais si nous la méprisons, si nous négligeons den faire le profit, que Dieu demande de nous, elle engendrera dans nos âmes ce ver, qui ne meurt point, qui ronge les âmes réprouvées.

2886 visits