Home > E-maristes > Champagnat > Other writings of Marcellin > La purification de la sainte vierge

 


 



 


Social networking

Marist Brothers

RSS YouTube FaceBook Twitter

 

Today's picture

Philippines: MAPAC (Marist Asia-Pacific Center) 1st Year Brothers

Marist Brothers - Archive of pictures

Archive of pictures

 

Latest updates

 


Calls of the XXII General Chapter



FMSI


Archive of updates

 

Marist Calendar

17 July

Saint Marcellina

Marist Calendar - July

La purification de la sainte vierge

 

Br. Marcellin Champagnat

Les jours de la purification de Marie étant accomplis, ils portent lEnfant Jésus au Temple, pour loffrir au Seigneur. En St. Luc. Ch. 2.

Mes frères, que dadmirables instructions la fête de ce jour nous met sous les yeux! Une Vierge Mère, et très pure, qui se purifie et qui remplit une loi qui ne le regarde pas même. Ce Fils de lEternel y est lui même offert à son Père, quoiquil soi t aussi parfait. Il est le Rédempteur des hommes, et cependant Il est racheté! Réjouissons nous, mes frères, voici notre Sauveur notre Roi. est arrivé le Désiré de toutes les nations». Saint Joseph accompgne Jésus et Marie comme Chef de cette sainte famille.

Dans cette instruction, nous considérons trois choses: la purification de Marie, la présentation de Jésus et la présence de Joseph. Vierge sainte, votre Secoure! et vous, mes frères, votre attention. Je ne serai pas long. Dabord, mes frères, quelle l eçon Marie nous donne-t-elle dans sa purification? Elle nous enseigne 1º lobéissance, 2º lhumilité, 3º la pauvreté.

Et 1º son obéissance. Marie obéit à une loi, dont les termes, dans leur sans propre, semblent lexempter formellement, puis quelle marque une femme qui aura conçu et enfanté, suivent le cours ordinaire de la nature. Mais, par amour pour la loi de Di eu, et par lédification des prochain, qui ignorait le Grand Mystère, qui sétait opéré en se faveur, Marie ne fait point valoir ses privilèges; Elle observe tous les commandements avec une scrupuleuse fidélité, mes frères, est-ce avec cette ponctuel le fidélité, que nous observons les préceptes non seulement de lEglise, mais même ce que nous vient immédiatement de Dieu? Hélas! mes frères, si, au même instant, tous ceux qui les transgressent formellement, disparaissaient dici, du milieu de cet te assemblée, combien en resterait-il? (mais combien en resterait-il, si) Non seulement ceux qui les transgressent, mais ceux même qui ne les remplissent quimparfaitement? Car remplisons-nous, mes frères, la loi daimer Dieu, toutes les fois que nou s mettons au premier rang de nos importantes affaires celles qui ne sont que temporelles? Toutes les fois que nous renvoyons laffaires de notre salut; toutes les fois quaprès avoir entendu une première messe, vous passez le reste du jour sans fair e ni prières, ni lectures, ni oeuvres de charité? Les dimanches tu garderas ... Mes frères, soyons un peu de bonne foi. Sans passer au commandement de lEglise, sans sortir du premier commandement combien y en a-t-il qui remplissent? Un seule dieu t u adoreras et aimeras parfaitement.

Considerons maintenant, mes frères, avec quelle humilité Marie fait tout cela. Marie, en se rendant au temple, pour y être purifiée, comme les autres femmes, sacrifie aux yeux des hommes la gloire de sa virginité, dont elle avait été si jalouse, aux yeux des Anges de Dieu.

Voyons cette sainte famille savançant vers Jérusalem, sans orgueil, dans leur équipage et leur habilement sans doute, sans précipitation; mais avec un air simple et recueille, les yeux modestement baissés et tournés ver son Enfant Jésus. Enfin, arri vée à Jérusalem, elle se prosterne dans le premier parvis du Temple, comme une femme immonde, qui ne peut entrer dans le second, avant davoir été purifiée. Cette aimable Vierge sainte que Dieu connoît sa pureté, et celle lui suffit. Elle se met peu en peine du jugement des hommes. Quelle différence, mes frères, avec nous! Pourvu que nous soyons estimés des hommes, nous mettons peu en peine du reste! Que notre âme soit souillée aux yeux de Dieu, tout cela est pris pour rien, pourvu que nous soyons estimés.

3º Son esprit de pauvreté nest pas moins admirable. Selon la loi, la mère devait offrir un agneau, ou si sa situation ne le lui permettait, deux petits colombes. Marie sen tint à cette dernière disposition de la loi, qui lui était plus conforme. Cette divine Mère ne rougit pas de paraître pauvre aux yeux du monde, et dans la maison de Dieu. Hélas! Nest-ce pas là, où notre vanité veut paraître avec plus déclat et dostentation?
Second point. La présentation de Jésus. Jésus-Christ est présenté au Temple. Il est offert, Il y est racheté.

1º Jésus-C. est porté au Temple; considérons ce tendre agneau, porté de létable à lAutel, comme une victime, destinée à limmolation. ConTemplons, mes frères, ce Divin Enfant, tant-t entre les bras de Marie, tant-t entre les bras de St. Joseph. Oh heureux fardeau, qui donnez de force à ceux qui vous portent, et qui portez, vous même, lunivers en vos mains!

Marie et Joseph vous soutiennent tout à tour, et à lenvie, pour satisfaire à leur amour, ils vous serrent, - Divin Jésus, tendrement sur leur coeurs! Cest vous qui les soulagez, - tendre Enfant, de leurs fatigues. Déjà commence à seffectuer cette promesse:

2º Jésus est offert dans le Temple. La loi ordonnait que tous les premiers nés seraient offerts à Dieu, comme Lui étant spécialement destinés, en mémoire de ce quIl avait fait mourir tous les premiers-nés des Egyptiens, pour la délivrance du peuple juif.

3º Jésus est racheté du Temple. les premier-nés consacrés au Seigneur, auraient demeurer au service du Temple; mais Dieu, y ayant destiné toute la tribu de Lévi, ordonna que tous les premiers-nés des autres tribus seraient rachetés au prix de cinq si cles.

La présence de Joseph. Joseph paroît ici comme chef de la famille, comme époux de Marie et comme père de Jésus. 1º Comme chef de famille. Cest lui qui ordonne toute la cérémonie, qui pourvoit à tout ce qui est nécessaire, et veille à lentier accomp lissement de la loi. Ainsi le chef de toute famille chrétien doit-il veiller à ce qui la loi de Dieu sobserve fidèlement dans sa famille. 2º Comme époux de Marie Joseph prend part à son sacrifice, à sa ferveur, à ses humiliation, à sa pauvreté, à ses peines, à ses mérites, à ses vertus. 3º Comme père de Jésus, Joseph a le bonheur de soffrir à Dieu de concert avec Marie.

2851 visits