Home > E-maristes > Champagnat > Letters of Champagnat > Lettres de Marcellin 259

 


Wherever you go

Rule of Life of the Marist Brothers


 



 


Social networking

Marist Brothers

RSS YouTube FaceBook Twitter

 

Today's picture

United States: Marist youth - Esopus

Marist Brothers - Archive of pictures

Archive of pictures

 

Latest updates

 


Calls of the XXII General Chapter



FMSI


Archive of updates

 

Marist Calendar

21 November

Feast of the Presentation of Mary

Marist Calendar - November

Lettres de Marcellin 259

 

Br. Marcellin Champagnat
20/07/1839


In other languages
English  Español  Português  

La seconde feuille de cette lettre étant arrachée nous ne savons pas à qui elle est adressée. Une certaine tradition lattribue à Frère Alexandre pour la seule raison que dans un de ses carnets le Père Champagnat note: « Frère Alexandre se familiarise avec un enfant » (AFM, 1.32.4, p. 33). Cet argument nest absolument pas convaincant, car Frère Alexandre a fait profession perpétuelle le 10 octobre 1836. Or, il sagit dans cette lettre dune réponse à une jeune Frère qui confie au Père ses hésitations soit de faire, soit de renouveler sa profession. Vu Iabsence totale dindication, si faibles soient-elles, toute attribution que Ion essaiera de faire de cette lettre ne peut être quune pure conjecture, car ils seront 48 Frères à faire des vœux temporaires et 19 à faire des vœux perpétuels à la retraite de 1839. La comparaison de cette lettre avec celle du 10 mars 1839 adressée à Fr. Avit (L.247) et le fait que ce dernier se trouve sur la liste des profès perpétuels de 1839 ne constituent pas une raison suffisante pour une affirmation.

Le 20 juillet 1839.

Mon cher frere,

Le bonheur dêtre enfant de Marie vaut bien quelque combat et quelque sacrifice. Outre ce quon peut dire à Jésus, que na-t-on pas droit de dire à Marie: pourquoi serais-je le premier qui vous aurait invoqué, plus que cela, qui aurait été votre enfant. Dites donc à Marie que lhonneur de sa Société exige quelle vous conserve chaste comme un ange. Le moyen que vous prenez en pensant à la mort et passion de Notre Seigneur Jésus Christ. Tenez vous occupé. Obéissez de bon coeur, cest à Jésus et à Marie que vous obéissez. Sans cela vous ne feriez toute votre quun très mauvais religieux, disons mieux, vous ne seriez pas longtemps religieux. Lobéissance rend une âme toute sainte et impeccable et inseparable de son Dieu. Je ne saurais meloigner de Dieu quen meloignant de lobéissance. Par cette vertu vous vous préparerez merveilleusement à faire vos voeux.

A Dieu, mon cher frere,

CHAMPAGNAT.

3233 visits