Social networking

Marist Brothers

RSS YouTube FaceBook Twitter

 

Today's picture

Netherlands: Nijmegen

Marist Brothers - Archive of pictures

Archive of pictures

 

Latest updates

 


Calls of the XXII General Chapter



FMSI


Archive of updates

 

Marist Calendar

17 October

Saint Ignatius of Antioch
International Day for the Elimination of Poverty (UN)

Marist Calendar - October

Cahier Champagnat 6

 

Br. Marcellin Champagnat

Les deux Cahiers qui vont suivre vont ensemble, l’un n’étant en fait qu’une copie de l’autre. Il est difficile de préciser lequel est le premier dans le temps. Le N° 6 a pu servir de base au N° 61; mais on peut tout aussi bien supposer qu’il en est un extrait. D’ailleurs, vu leur similitude, la solution de ce problème n’apportera rien de positif.
Ce dont on ne peut douter, c’est qu’il ne s’agit pas d’une règle pour la congrégation, mais d’une règle ou d’un règlement pour la maison-mère, à savoir Notre-Dame de l’Hermitage, comme le titre l’annonce. On voit, en effet, que l’apostolat dans les écoles est totalement absent.
Par conséquent, le plus normal est de considérer ces Cahiers comme des outils pour la formation des jeunes. Dans ce cas, l’existence de deux copies ne pose aucun problème: l’un (N° 6) pourrait être le texte officiel à l’usage des élèves et l’autre (N° 61) à celui du Maître, avec des éléments supplémentaires pour étoffer ses leçons.
Serait-il possible alors d’en déduire l’époque de la rédaction? Le texte ne contient aucun indice de date. Celles qui sont indiquées dans les passages non-écrits par M. Champmagnat n’ont aucune valeur d’indication, pouvant être largement postérieurs. Mais rien n’empêche de supposer que la rédaction de ce « Règlement » suit d’assez près l’installation de la communauté, déjà d’une certaien ampleur, à la nouvelle maison de l’Hermitage. C’est aussi l’époque où le Fondateur sent le besoin d’organiser l’institution qui n’est plus à la taille familiale, mais prend vraiment celle d’une congrégation religieuse. Ceci nous situerait avant 1829, date à laquelle il ouvre les différents registres.
Quoi qu’il en soit, ces « Règles » pourraient être considérées comme la matière dont s’est nourri la seconde génération de nos premiers Frères, qui leur apprit la vie religeuse et leur inculqua l’esprit mariste.
Quant à la présentation, les deux textes sont intégrés l’un dans l’autre pour éviter la répétition. Le texte de base est celui du Cahier N° 6; ce qui, dans le Cahier N° 61 se trouve en plus est mis en note et ce qui s’y trouve en moins, si ce n’est pas indiqué d’une manière explicite est encadré par des crochets [ ]. Les parenthèses renferment les compléments, les corrections réclamés par la compréhension du texte. Quant aux flèches < >, elles signalent les mots biffés par l’auteur.

Considerons en premier lieu nous devons tous mediter sur la mort et passion de Notre Seigneur Jesus Ch.

En second lieu la meditation de la mort et passion de Notre Seigneur Jesus Ch. est si touchante qu’elle peut attendrir le coeur le plus dur.

En troisieme lieu voyons combien Jesus Ch. nous temoigne d’amour dans sa mort et passion

La Côte St. André f. Gonzague - f. Lucien
frere Salonice (?) Marlhes - frere Alexandre f. Alexis
frere
----------------------------------



page 1 du cahier 61
Memoire de com(missions)
1° Les trois mois passés a la Tour qui n’ont pas été payés, en parler a Mr le Préfet et a Mr Cattet.
2° Parler encore à Mr Cattet de cet aumonier de Bourg Argental
3° porter les dix écus de la prétendente de Lavalla

----------------------------------------


Texte commmun aux deux cahiers avec variantes
(en note ce qui n’est que dans 6; entre crochets [ ] ce qui n’est (pas en 61.)

Vivent J. M. St. J.
[Vous le savez Mon;;;;;]
Reglement de la maison mère des Freres de Marie

Qui regulae vivit, Deo vivit - celui qui vit selon une regle, vit selon Dieu.

Estime qu’il faut faire des exercices de la regle ; ils doivent être preferés a tout autre.
Ceux qui par une misericorde infinie Dieu a retiré du monde pour les faire marcher dans les santiers surs de la religion doivent être persuadés que leur vie doit être une pratique continuelle de vertu et que tous leurs moments doivent etre plein de bonnes oeuvres.
Quoique toutes les actions de piété puissent conduire à Dieu, ils conçoivent neanmoins dès le commencement une affection particuliere pour les exercices de la regle comme ceux à qui Dieu a attaché principalement le sanctification et qui ont plus de rapport a la vocation a la quelle Dieu les a appelés; ils les prefereront à tout autre quoique peut-être plus parfait.
Quelque saintes que soient les autres pratiques de vertu, ils ont toujours sujet de douter si Dieu le demande d’eux; mais ils sont toujours assurés que sa volonté est qu’ils pratiquent les devoirs de leur vocation.
Les freres de Marie s’attacheront donc, avec toute l’exactitude possible, a ce qui leur est prescrit par leur regle, non seulement d’une maniere générale, mais d’une maniere bien circonstancié par rapport au temps et au lieu et en la maniere dont la regle le prescrit, parce que quelque bonne que soit une action, le defaut d’une seule circonstance peut la rendre dêfectueuse et imparfaite.
Nulle observance ne leur semblera petite quand ce ne seroit qu’une inclination de tête, comme en effet tout est grand dans le service de Dieu qui les ordonne et qui les recompense
Il s’en suit de ce principe qui ne faut pas faire ses actions d’une maniere superficielle et à la legere, mais y apporter tout le soin et toute l’application que merite une action que Dieu ordonne et par la quelle il veut être glorifié quand ce ne seroit qu’à bien tourner un feuillet.
On aura une preference particuliere pour les exercices qui se pratiquent en commun, et aussitôt que quelque signe les y appellera on quittera tout a moins que quelqu’ordre particulier ne retint, afin de trouver plus parfaitement celui qui a promis de se trouver au milieu de ceux qui seront assemblés en son nom.
Haec est via , ambulate in ea et non declinetis neque ad dexteram neque ad sinistram
Voila la vie, marchez y sans vous detourner ni a droite ni a gauche
Custodite leges meas atque judicia, quae faciens homo vivet in eis
Gardez mes lois et mes reglements; celui qui les observera trouvera la vie.


Exercices journaliers

[1° On se lèvera a quatre heures depuis le premier mars jusqu’au dernier septembre inclusivement.
A cinq heures depuis le premier octobre jusques au dernier fevrier.]
Le signal du lever étant donné on fera le signe de la croix et on dira, mon Dieu je vous adore, je vous remercie et je me donne tout à vous. Seigneur Jésus, quand serai-je tout votre et tout selon votre coeur.
Il est important de se lever au premier signal en considerant le Sauveur Jésus Marie St Joseph son St patron son St Ange gardien ; on les remercie du soin qu’ils ont pris de nous pendant le sommeil. On prendra modestement ses habits en disant Revetez moi, ô adorable Trinité de l’homme nouveau qui fut créé selon Dieu dans l’etat de justice et de sainteté. Vivent Jésus, Marie, St Joseph.
[en haut de la page et biffé : Vous le savez
en haut dans la marge : Vous le savez mon Dieu quand je vous possede
a peine puis je hélas]
En continuant de s’habiller on s’entretiendra du sujet de sa meditation.
Aussitot qu’on s’est habillé que tout est reglé autour de son lit, on se rend à la chapelle pour y adorer le très St Sacrement.
[A quatre heures vingt minutes on on donnera cinq coups de cloche et on se rendra de suite dans la sâle d’oraison. Le sujet doit en être prevu dès la veille.]
Les f. de Marie auront bien soin de s’instruire des regles qu’on doit suivre dans la méditation pour pratiquer utilement et facilement de sait exercice qui est un des plus nécéssaires a la sanctification. Je n’en donne ici qu’un apperçu.
Pour être toujours bien disposé a faire sa méditation il faut se conserver dans la presence de Dieu, mortifier ses passions et ses sens afin que l’esprit soit toujours prêt a s’unir a Dieu en se conservant toujours près de lui, autrement on aura mille peines et on perdra beaucoup de temps quand on voudra se remettre. Tous les Pères spirituels appelle cette continuel presence de Dieu la préparation éloignée de la méditation.
L’oraison a trois parties: la prépartion, la méditation et la conclusion.
Dans la préparation il faut faire trois choses: la première, se mêttre en la présence de Dieu; la seconde, invoquer son secours et ses lumières; la troisième, se proposer le sujet sur lequel on veut méditer.
Dans la méditation, il faut faire trois choses: la première, considérer et bien pénétrer les vérités qu’on s’est proposées ; la seconde, émouvoir le coeur par de saintes affections; la troisième, faire de fortes resolution de pratiquer le bien ou de corriger le mal sur lequel on a médité.
Dans la conclusion il faut encore faire trois choses: la première, remercie Dieu des grâces qu’il nous a faites dans l’oraison; la seconde, offrir à Dieu nos affections et bonnes resolutions; la troisième, demander la grâce de pratiquer [fidèlement les affections et] les bonnes resolutions faites dans l’oraison.
Après vous être [bien] mis à genoux et vous être recueilli dans le fond de votre coeur seul avec Dieu seul,
1° Vous ferez une acte de foi par lequel vous vous persuaderez fortement que Dieu vous est présent et que vous êtes tout a fait en lui.
2° Secondement reconnoissez vous indigne de paroitre devant cette majesté divine à cause de vos péchés et de vos misères, et que vous êtes de vous même incapables de former de vous mêmes une bonne pensée, et priez le qu’il vous pardonne et vous accorde toutes les lumières et les grâces qui vous sont necessaires pour bien faire votre oraison.
Troisièmement, vous proposerez à votre esprit le sujet que vous aurez lu la veille pour votre sujet d’oraison et si vous ne vous en souvenez pas vous le relirez.
Après cela vous parerez à la seconde partie de votre oraison.
Vous appliquerez premièrement votre esprit a bien considerer et examiner toutes les circonstances du sujet que vous aurez pris, et vous y raison[n]erez jusqu’a ce que vous les ayez penetrées.
Secondement, après ces considérations, vous produirez de bons mouvemen[t]s dans votre coeur et de saintes affections qui porteront votre volonté a l’amour et à la pratique du bien, ou à la haine et a la fuite de mal que vous aurez médité après que vous serez bien animés de toutes ces saintes affections.
Troisiemement, vous ferez des résolution[s] fortes de suivre tous les bons sentimen[t]s que vous aurez reçus de Dieu, en proposant en particulier de les mêttre [de les mêttre] en pratique en telle et telle occasion.
Après cela passez à la troisième partie de votre de votre méditation qui est la conclusion dans laquelle premièrement rendez grâce a Dieu de toutes les lumières et de toutes les saintes affections et resolutions que vous avez reçues de sa sainte bonté; secondement offrez les lui avec tous les mérites de son fils J.C. en reconnoissant que c’est de sa pure bonté et par les seuls merites de son fils que toutes ces grâces vous sont accordées; troisiemement vous lui demanderez la grâce d’accomplir fidelement toutes vos bonnes affections et resolutions, vous souvenant que comme il vous a été nécéssaire que sa grâce les ait formée[s] formées dans votre coeur, il est aussi necessaire qu’elle les y conserve et les reduise en pratique.
Après avoir conclu votre méditation, nous demanderez pardon a Dieu de toutes les idstractions ou négligences que vous aurez remarquées et puis vous rappellerez dans votre memoire deux ou trois des meilleures pensées ou résolutions que Dieu vous aura donné qui vous serviront comme d’un bouquet spîrituel qui par sa bonne odeur embaumera votre ame.
On employera qu’un demi quart d’heure à faire tous les trois actes de préparation, que les trois de la conclusion, et tout les reste du temps on l’employera aux considerations aux affections au resolutions qui sont les principales et les plus profitables occupations de toute l’oraison.
On tachera après l’oraison de conserver soigneusement dans son ame tous les bons sentiments que Dieu aura donnés et on prendra bien garde de ne pas se dissiper tellement au dehors, que vous ne soyez toujours occupées interieurement a la présence de Dieu et a pratiquer fidelement les bonnes resolutions qu’on aura faites autrement on abuseroit de l’oraison et la prere comme dit le prophete tourneroit a peché.
La meditation sera précédée de la priere du matin.
Il doit regner un grand recueillement depuis qu’on a pris le sujet d’oraison jusques au lendemain après la méditation.

3° A quatre heures cinquante minutes, explication de la maniere de faire oraison, ou repetition de l’oraison lundi, mercredi et vendredi; le mardi, jeudi, samedi et dimanche lecture sur le saint sacrifice de la messe ou sur le très St Sacrement de l’Eucharistie.

4° A 5h la messe pendant laquelle on se tiendra dans une attitude qui annonce qu’on est pénétré des mysteres qui s’y opperent. On se tiendra à genoux depuis le commencement jusques a l’évangile et depuis l’évangile inclusivement jusqu’à l’orate fratres on se tiendra debout, le reste on sera à genoux, excepté pendant le dernier evangile.
Maniere d’entendre la sainte messe.
1° Mettez vous en la presence de Dieu, reconnoissez votre indignité et demandez pardon de vos fautes.
2° Depuis que le prêtre est à l’autel jusques a l‘evangile, considerez la venue et la vie de Notre Seigneur par une simple et generale consideration.
3° Depuis l’evangile jusques au credo considerez la prédication de notre Sauveur, protestez de vouloir vivre et mourir en la foi et l’obeissance de la sainte Eglise catholique.
4° Depuis le credo jusques au pater, appliquez votre coeur aux mysteres de sa sainte parole et en union de la mort et ste passion de notre Redempteur qui sont actuellement representés dans dans le st sacrifice que vous offirez en union avec le prêtre et le reste du peuple a Dieu le Pmère pour son honneur et pour votre salut.
5° Depuis le pater jusques a la communion, souhaitez aardament d’être uni a jamais par un amour éternel avec Dieu.
6° Depuis la communion jusques a la fin, remerciez la divine majesté de son incarnation, de sa vie, de sa mort, de sa passion, de l’amour qu’il nous temoigne en le st sacrifice, le conjurant de vous être a jamais propice à la Société, à vos parens, amis et à toute l’Eglise; ensuite humiliez vous de tout votre coeur et recevez devotement la benediction que Dieu vous donne par son ministre.

5° De l’office et des prieres vocales.
1° De l’office, à cinq heures et demi, la récitation des petites heures, lecture d’un chapître de l’evangile.
On aura un grand respect et une grande estime de la prere vocale et de l’office, pensnat que Jésus Christ lui même a prié souvent et nous a enseigné a prier vocalement, principalement quand il nous a enseigné l’oraison dominicale. Il a aussi chanté les louanges de Dieu son Père. Les anges et les saints chantent aussi avec lui dans le ciel. Le St Esprit qui gouverne l’Eglise sur la terre fait prier vocalement tous les fideles et chanter les louanges de Dieu. On doit donc aller a l’office et aux autres prieres vocales avec un grand respect en pensant que vous aller vous unir a Jésus Christ, aux anges, aux sts et a toute l’Eglise pour glorifier votre Dieu avec eux. Prenez garde que vous n’y alliez pas sans sans de bonnes dispositions.
Avant de commencer votre priere, mêttez vous en la présence de Dieu, demandez lui avec une grande humilité et confiance qu’il vous fasse la grâce de bien faire votre priere; invoquez le St Esprit, ensuite logez vous dans le coeur de Jésus, comme dans un oratoire, unissez votre intention, votre attention et vos preres aux siennes et a celles des anges, des saints et de toute l’Eglise, et priez et chantez avec eux, en pensant toujours à la grandeur de Dieu que vous priez dont la majusté fait trembler les plus sublimes puissances du ciel et de la terre.
Pendant la priere tenez vous dans une grande modestie interieure et exteieure sans permettre a votre esprit aucun egarement, ni à votre corps aucun mommuvement ou posture immodestes.
Conservez uen grande attention à bien prononcer, distinctement et posément toutes les paroles; à suivre le sens des paroles que vous prononcez en cas que vous les compreniez, et si vous ne les comprenez pas attachez votre attention a Dieu seul que vous priez et glorifiez lequel entend avec plaisir ce que vous lui dites, parce que c’est son esprit qui vous met en bouche toutes les paroles que vous prononcez.
Quand vous prononcerez les saints noms de Jésus et de Marie ou quand vous direz Gloria Patri et ... vous ferez une inclination de tête.
Souvenez vous que selon la vision d’un Père du désert, les anges écrivent en lettres d’or ou d’argent, avec de l’encre ou avec de l’eau les parolles de vos prieres, conformément a la dévotion et à l’attention que vous y apportez.
Après la priere, remerciez Dieu de vous avoir permis de le prier.

De l’ecriture 6 ment
A 6 h. On écrira proprement, chacun suivant le modele qui lui sera donné, sans rien y ajouter, pas même son nom. On remplira avec soin les pages et on ne détachera aucune feuille de son cahier d’écriture.

[7 ment ] De l’etude
[A 6 heures trois quarts] on apprendra par coeur [ce qu’on doit savoir:]
[1°] En français et en latin:
Le Pater et l’Ave Maria
[2°] L’Angelus
[3°] Le Credo in Deum
[4°] Le Confiteor - Misereatur indulgentiam etc...
[5°] Le Veni Sancte Spiritus et l’oremus: Qui corde
[6°] Le Gloria Patris
au moins en latin
[1°] Le Te Deum
[2° Le] Miserere me Deus
[3° Le] De profundis
[4°] Tous les réponds pour servir la sainte messe.
En français seulement
[1°] Les actes des vertus theologales d’avant et d’après la sainte communion
[2°] La priere du matin et du soir
[3°] La priere à la Ste Vierge: Souvenez vous
[4°] La priere a St Louis de Gonzague pour demander la chasteté
[5°] Les prieres avant et après l’office
[6°] Le commandements des freres de Marie
dans la marge de 60: Les dix commendements de Dieu
Les six commendements de l’Eglise
[On n’apprendra l’histoire sainte a 7 h 20 on la recitera]

[8 mement ] Du repas [à heures]
[Avant le repas] on offira cette action a Dieu, la faisant par un motif d’obeissant et par le motf [de son] pur amour et non par sensualité. Souvenez vous des repas de Jésus et de Marie. - Pensez qu’il y a beaucoup de pauvres qui n’ont pas de quoi manger.-
On se rendra au refectoire deux à deux en silence. En entrant au refectoire on se decouvrira et en passant deavant le crucifix on fera une inclination de tête. On se rendra a sa place où l’on se tiendra tourné vers le crucifix jusques après le Benedicite.
Chacun se tiendra à table modestement, ne jettant rien par terre, ne se [laissant servir que ce que l’on peut manger.]
On doit assister a la benediction de table avec une grande modestie, soupirant après le souper éternel auquel Dieu lui même sera notre nourriture. Le silence doit regner durant tout le repas, la modestie, la tempérance dans le manger, goûter Dieu dans la douceur des mets et le fiel de la passion dans ceux qui seraient mal assaisonnés et peu revenant a notre goût; faire quelque mortification, ecouter attentivement la lecture [et puis] rendre grâce à Dieu avec respect et attention, consacrer à Dieu les forces qu’on a reprises par les alimens.



[9 mement
8 heures et quart on s’appliquera a l’Arithmétique
8 h. 3 la lecture
9 h.]

[10 mement ] Travaux manuels
Chacun aura soin de se rendre promptement a son occupation, l’acceptant comme Adam l’accepta de Dieu après son péché.
Le tréavail dit être pris pour ce qu’il est véritablement, pour un exercice pénible et humiliant nous annonçant que nous sommes pécheurs. On pensera [pensera] aux travaux que Jésus [Ch., que] Marie ont supporté pour notre amour.
On [doit avoir] grand soin des outils dont on se sert; après le travail les remettre au lieu designé.
Après le travail renvoyer à Dieu toute la gloire qui pourroit nous en revenir.
[11 h.40 minutes]

[11 mement De l’examen particulier
On s’y rendra de suite, on sera à genoux; un nombre ou deux du livre d’or au quelqu’autre livre de l’avis de son directeur.
- en renvoi, dans la marge: On se proposera aussi d’acquerir une vertu ou de combattre un vice, par l’avis de son directeur. -
On ecoutera avec attention la lecture de l’examen et on reflechira sur ce qui aura été lu.]

[12 mement A midi Diner
On observera ce qui a été dit ci dessous. Après les grâces on se rend à la chapelle deux à deux, le tête decouverte, recitant le Miserere mei.]

[13 mement De la récréation]
La récréation est un exercice qu’on doit prendre avec humilité, comme étant ordonné [par] Dieu pour soulager nos infirmités et non pour satisfaire les désirs deréglés de la nature.
Si le superieur [dispose] de maniere [a ce] qu’on [prenne] la recreation avec telle ou telle personne on aura soin de s’y conformer. [Personne ne doit, sans permission, se séparer du lieu désigné pour prendre sa recréation. Il faut penser aux douces et amoureuses récreations de J. M. St Joseph] et tacher de rendre les notres semblables aux leurs.
Pendant les récréations il faut être gai, douc, franc et cordial autant que possible, quitter tout air morne et mélancolique. Ne vous joignez avec allectation à aucun frere [que ce soit] de préférence. Evitez les eclats de rire et de parler qui ressentent les personnes du monde. Evitez sur tout, comme une peste toutes sortes de froideur, de petites aversions, [des] paroles de medisances, des railleries piquantes, en un mot tout ce qui peut blesser tant soit peu la charité et la bienseance d’une societé religieuse.
[- dans la marge:On ne parlera point de ce qui s’est passé dans les maisons de l’institut, a moins que la chose soit edifiante et utile. On ne parlera pas de son pays, de ses parens, de ce qu’on a été, de ce qu’on seroit dans le monde; des habillements, du boire, du manger, ni des autres besoins du corps. -]
La pensée de la présence de Dieu, ecarter toutes celles qui s’ecarteront de la modestie; s’entretenir de la lecture de table ou de toute autre, mais sans contention d’esprit.
[Après la récréation demander pardon à Dieu des fautes que vous connoissez avoir commises et vous remettez en la presence de Dieu avec calme et resignation.]

[14 mement Travaux manuels A une heure
On ne doit point changer de travail ou passer au travail d’un autre sans permission du superieur ou de celui qui préside à sa place.]

[15 mement A 3 heures Grammaire française
La grammaire française sera etudiée et après expliqué par le frere maître des novices, ou part un autre qui pourroit être préposé pour cela.]

[16 mement Lecture
A 3 heures ½ on doit apporter une grande attention pendant la lecture de la bible afin d’en apprendre l’histoire.]

[17 mement
A 4 heures on apprend la methode d’oraison ou autre prière qu’on doit savoir par coeur ]

[18 mement
A 4 h. et ¼ la dictée]

[19 ment
[A 4 heures ¾ la classe de chant.]

[20 ment
A 5 h. on fera le catéchisme. On le doit d’abord faire reciter à la lêttre; ensuit on en donnera une courte explication.]

[21 ment
A 5 H. ¾ ] La coulpe. Chacun aura soin de dire sa coulpe avec sincerité et humilité et avec un véritable desir de se corriger de ses défauts.
On ne doit pas chercher à se justifier quand même ce qu’on [pourroit nous reprocher] ne [sera] pas vrai, a moins que celui qui préside [demande à celuio qui fait sa coulpe si la chose est veritable.] Toute contestation seroit contre l’esprit [de cette exercice.]
Celui qui a quelque chose à remarquer doit bien prendre garde de ne rien dire touchant ce qui le regarde personellement.

[6 h. 5 minutes La lecture spirituelle
6 h. 25 minutes Le chapellet et l’office
L’office doit se dire posement, devotement et distinctement. En disant le chapellet on pensera que de grand personnage l’ont dit: desd rois, de grands saints tel qu’un St François de Sales.
7 h. ½ Souper
8 h. Récréation
8 ½ Coucher]

Ce qui suit n’est pas dans le texte 61
Règlement particulier de la semaine

Dimanche, jeudi sont des jours de communion. Le confesseur déterminera les jours ou chacun doit se confesser.
Le dimanche, après l’action de grâce on se rendra à la sâle des exercices deux à deux (recitant le Te Deum comme à l’ordinaire pour dire les petites heures, après quoi on s’exercera à chanter quelque cantique, en particulier celui qu’on doit chanter à vêpres.
à 6h ¾ on apprendra l’evangile par coeur, celui du jour et on le recitera.
à 7H ½ préparation de la dominicale - déjeuner à l’ordinaire - après déjeuner exercices des cérémonies chant de la grand messe
à 9h moins dix minutes ceux qui doivent officier à la grand messe iront s’y préparer à la sacristie.
a 9h. la grand messe; tous s’y rendront deux a deux, récitant le Miserere Tous étant entrés dans la chapelle se mettront à jenoux au signal et se releveront de même après un moment de recueillement.
10 Après la messe récréation jusques a 11 h.
11h. on apprendra le chapître de catéchisme qu’on doit réciter après la recreation d’après diner.
11° imédiatement après vepres aura lieu la dominicale qui durera une heure. Le reste du jour se passera comme comme il a été dit au dessus.
12° Les servants de messe seront en exercice une semaine complete et seront toujours deux pour servir la messe de communauté et un pour les autres.


[Nottes

[Les freres en venant aux vacances tous les ans apporteront un inventaire de leur hardes et effets, leur livre de comptes.
[On ne s’ecrira jamais de billet les uns aux autres et on n’en recevra aucun sans le faire lire auparavant au Superieur quand même celui qui l’enverroit l’auroit défendu

[françois Peineu
28
3
1
2
1
1
1
 
37
43

80
2 ]






Le cahier 61 renferme en plus les textes qui suivent:

Office du portier

1° Le portier doit d’une maniere tout particuliere pratiquer la modestie. Il aura un soin tout particulier de tenir la porte d’entrée fermée pour que personne ne s’introduise dans la maison ce qui pourroit avoir de graves inconveniants.

2° Au premier sognal le portier se rendra a la porte et après avoir regardé quelle est la personne qui veut entrer, et apres avoir su ce quelle désire, si c’est quelque inconnu, quelqu’ouvrier ou marchant il n’ouvrira pas sans en avoir obtenu la permission.

3° Si la personne est connue le portier ouvrira et l’introduira dans le parloir, lui demandera son nom et l’ayant fait assoir il ira promptement en informer le superieur qui rendra ou fera rendre raison.

4° Si celui qui arrive est ecclesiastiquez, le portier le conduira dans la salle à recevoir où l’ayant fait assoir et demandé son nom, ira en avertir le superieur.

5° Le frere portier n’introduira personne sans permission.

6° Il évitera la c uriosité, ne s’informera point de ce qui se passe dans le monde et s’il apprend quelque nouvelle, il se garrdera bien de la répendre dans la maison.

7° Il ne donnera pas aux pauvres qui viendront lui demander l’aumone.

8° Il ne se fera pas remplacer sans la permission du superieur.


Obéissance

St Grégoire
L’obeissance, dit un pape, est une vertu qui plante dans l’âme toutes les autres vertus, et ensuite les y conserve et les y entretient. Cette vertu doit rendre un religieux semblable a un corps mort, qui n’a d’autre mouvement que celui qu’on lui donne, à un bâton dont on se sert partout et selon qu’il plait, à une statue qu’on place en haut ou en bas, a droite ou à gauche, comme on le veut, de telle sorte qu’on aille, qu’on vienne, qu’on agisse autant que le superieur le veut. C’étoit là les comparaisons dont se servait St Ignace pour faire le portroit du parfait obéissant. Car comme un corps mort n’a point d’yeux pour voir, ni de langue pour répondre, ni de sentiment pour se plaidre, ainsi est celui qui est véritablement obéissant. Il n’examine point, il ne juge point, et ne replique point à ce qu’on lui ordonne, mais il le fait aveuglement et avec une sainte joie. Comme le baton se laisse mettre dans le lieu où l’on veut et n’a d’autre mouvement que celui qo’on lui donne, ainsi le religieux observateur de l’obeissance ne doit point avoir de volonté ou de mouvement propre, et doit se laisse conduire et gouverner par ses superieurs, car la vraie obéissance, continue le grand saint, considere Dieu dans la personne de ses superieurs et non la créature qui lui commande.
La parfaite obeissance est le soutient et la force d’un corp religieux; rien n’est plus propre a le consrver dans la régularité et la perfection.


Instruction sur le voeu d’obéissance.

1° Le voeu est une promesse libre par laquelle on s’engage envers Dieu a une chose plus parfaite.

2° En disant que le voeu est une promesse, on le distingue des simples résolutions qui n’imposent a cleui qui les prend aucne obligation rigoureuse.

3° Toute violation d’un voeu est un sacrilège et par consequent, de sa nature un péché mortel. Neanmoins, le péché peut n’être que veniel, par défaut d’attention, ou à raison de la legereté de la matiere.
Imitation de N.S.J. Liv.1er , C. IX
C’est quelque chose de bien grand que de vivre sous un superieur dans l’obéissance et de ne pas dépendre de soi même.
Il est beaucoup plus sur d’obéir que de de commender.
Quelques uns obéissent plutot par necessité que par amour, et ceux là toujours souffrent, sont porté »s aux murmures. Jamais ils ne possederont la paix et la liberté d’esprit a moins qu’ils ne se soumettent de tout leur coeur a cause de Dieu.
Allez où vous voudrez, vous ne trouverez de répos que dans une humble soumission a la conduite du superieur.

Liv. troisieme Ch. 113 (en fait chap.13)
Mon fils, celui qui cherche a se soustraire à l’obeissance, se soustrait à la grâce.
L’amour desordonné que vous avez encore pour vous même, voila ce qui vous fait craindre de vous abandonner sans reserve à la volonté des autres, est ce donc suissidant un si grand effort, que toi, poussiere et neant, tu te soumette à l’homme a cause de Dieu, lorsque moi le tout puissant, moi le tres haut, qui ait tout fait de rien, je me suis fait le plus humble et le dernier de tous, afin que mon humilité t’apprit à vaincre ton orgueil. Poussiere apprend a obéir, apprends a t’humilier; terre et limon, a t’abaisser sous les pieds de tout le monde; apprends à briser ta volonté, et a ne refuser aucune dépendance; enflamme toi de zele contre toi même, et ne souffre pas que le moindre orgueil vive en toi; mais fais toi si petit, et mets toi si bas que tout le monde puisse marcher sur toi, et te fouler au pied comme la boue des places publiques.
Fils du néant qu’as tu à te plaindre; pécheur couvert d’ignominie qu’as tu a répondre quelque reproches qu’on t’adresse? Toi qui a tant de fois offensé ton Dieu, tant de fois mérité l’enfer.


Compte de conscience

Le compte de conscience consiste, autant qu’on est capable à découvrir le fond de son âme et les dispositions les plus intimes à son superieur pour recevoir de lui des conseils, des encouragemens ou de salutaires reprimandes.

Il ne faut pas confondre cette pieuse pratique avec la confession sacramentelle. En rendant le compte de sa consicencen on s’applique moins à declarer le nombre et les circonstances de ses fute qu’a en rechercher la source avec l’aide de son superieur. On doit egallement lui faire connoitre le bien et le mal, c’est à dire les bonnes et le mauvaises incitations pàour recevoir les avis salutaires selon les besoins de son âme.

Voici les principaux points de ce compte:
1° Aimez vous votre état et cherchez vous à en acquerir les vertus?
2° Eprouvez vous des tentations; quelles sont ces tentatons; comment y resistez vous?

3° Quelles penitence et quelles mortification extraordinaire faites vous?
4° Observez vous la regle dans tous ses points, ceux même qui vous paroissent minutieux?
5° Etes vous habituellement fideles aux recolutions que vous prenez dans vos oraisons?
6° Approchez vous regulierement des sacrements?
7° Avez vous une égale charité pour tous vos freres? S’est il élevé entre vous ou tout autre quelque division a votre sujet?
8° Obéissez vous toujours avec joie et sans répugnance et sans murmures?
9° Faites vous la classe avec goût et avec zèle?
10° Suivez vous exactement la regle de la classe? N’êtes vous pas trop familier avec vos enfans? Elevez vous de temps en temps votre âme ver Dieu?

Les freres regarderont le compte de conscience comme un des plus excellents moyens pour parvenir à la perfection. Ils s’en acquiteront avec fidelité et une grande ouverture de coeur.

11° Cet acte doit se faire avec humilité, piété et obéissance. Après on ne doit pas s’en entretenir avec les autres freres, même pour s’édifier.


De l’humilité

Les enfans de Marie mettront tout leur soin et toue leur application à tracer en eux une image parfaite de leur auguste mère. Ils feront tous leurs éfforts pour imi(ter) ses vertus, persuadés que c’est le meilleur moyen de s’attirer ses regards et meriter sa puissante protection.
L’humilité est la base de toutes les vertus. Elle fut aussi la vertu favorite de Jésus et de Marie: de Jésus qui comme dit l’apôtre s’est humilié jusqu’à s’aneantir; de Marie qui malgre les grandes faveurs dont Dieu l’avoit comblée, sa dignité sublime où Dieu l’avoit élevée, entierement abimée dans l’humilité, s’étonne que le Seigneur l’ait daigné regarder la bassesse de sa servante.
L’humilité doit etre aussi la vertu favorite des enfans de de Marie.

De la vocation
1° Pour etre admis dans la Société des freres de Marie il faut avoir un vrai détachement des biens de la terre, l’esprit d’obéissance et d’humilité, aimer le travail, détester l’oisiveté, enfin avoir un sincere désir de se sauver.
2° Celui qui aimeroit le monde, ses biens, ses plaisirs, ou qui voudroit se conduire d’après ses maximes, celui qui ne seroit pas determiné a se soumêttre à tout ce qui lui seroit ordonné par les supérieurs, celui enfin qui n’auroit qu’une demie volonté de se sauver, ne doit pas penser a se faire recevoir dans la Société de Marie.


Les deux pages suivantes (32 et 33) contiennent un texte qui n’est pas du Père Champagnt; c’est la fin d’un développement sur le règlement.
La page 34, de la main du Père Champgnat, contient la circulaire du 12 août 1837; cf. L.M.C. Textes, doc. 132, pp.266-267.
Les pages 35 à 43, de plusieurs écritures différentes, contiennent divers développements sur des points de règle: Conférences, lectures spirituelles; Prière du soir; Coucher, et des règlements de la journée
L’écriture du Père Champagnat reprend aux trois dernières pages (44 à 46), comme suit.

Exercices de la journée

A 4 heures Le lever
A 4 h 25 minutes On se rendra à la salle d’oraison
A 4 h 50 minutes Explication de la maniere de faire oraison ou repetiton de l’oraison lundi, mercredi et vendredi. Mardi, jeudi, samedi et dimanche lecture sur le st. sacrifice de la messe, ou sur le très saint sacrement de l’eucharistie.
A 5 h La messe
A 5 h et demie récitation des petites heures, lecture d’un chapitre de l’évan(gile)
A 6 h on ecrira
A 6 h trois quart on apprendra par coeur ce qu’on doit savoir
A 7 h 20 minutes on recitera l’histoire ste
A 8 h déjeuner
A 8 h et quart L’arithmetique
A 8 h 3 quarts La lecture
A 9 h travaux manuels
A 11 h 40 minutes Examen particulier
A 12 h Diner après lequel la visite du St Sacrement
A 1 h moins un quart récréation
A 1 h Chacun se rend à son même travail
A 3 h Ceux qui sont choisis pour s’instruire entrent en classe et commencent par étudier la grammaire française et après qu’on l’aura récitée le frere préposé l’expliquera.
A 3 h ½ Lecture de la bible
A 4 h on apprendra la methode d’oraison ou autres prieres
A 4 h et ¼ La dictée
A 4 h ¾ Classe de chant
A 5 h Le catéchisme
A 5 h ¾ La coulpe
A 6 h (2)5 minutes La lecture la lecture spirituelle
A 6 h 23 minutes Le chapellet et l’office
A 7 h ½ Souper
A 8 h Recreation
A 8 h ½ Coucher

3051 visits