Home > E-maristes > Marist history > F. André Lanfrey

 


 



 


Social networking

Marist Brothers

RSS YouTube FaceBook Twitter

 

Today's picture

Paraguay: Movimiento Navegar - Oviedo

Marist Brothers - Archive of pictures

Archive of pictures

 

Latest updates

 


Calls of the XXII General Chapter



FMSI


Archive of updates

 

Marist Calendar

21 September

Saint Matthew, Apostle
International Day of Peace (ONU)

Marist Calendar - September

Qui sera le successeur légitime de Marcellin Champagnat ?

 

Le choix difficile du Fondateur lors de sa dernière maladie (1839-1840)
F. André Lanfrey - 10/09/2019


Télécharger PDF + Annexe

Par le  décret Omnium Gentium, publié le 29 avril 1836, le pape Grégoire XVI approuve les prêtres maristes en tant que Société de Marie, mais non les autres branches qui seront cependant considérées comme moralement affiliées à elle. Cette situation ambigüe va être l’une des principales sources du problème de succession dont je vais parler longuement. Canoniquement, la S.M. est constituée le 24 septembre 1836, le P. Colin étant élu supérieur par les Pères Maristes dont M. Champagnat, qui prononcent ensuite leurs vœux de religion. Au début du mois d’octobre à L’Hermitage, à l’issue d’une retraite prêchée par les P. Colin et Convert, les Frères prononcent pour la première fois des vœux publics. Mais leur nouvelle formule d’engagement « au supérieur de la Société des Frères de Marie » est ambigüe : ce supérieur est-il le P. Champagnat ou le P. Colin ? La renonciation de Champagnat à la supériorité sur la branche des Frères un an plus tard, le 18 septembre 1837, ne modifiera guère un fait fondamental : canoniquement parlant la branche des Frères dépend de l’archevêque de Lyon et a un fondateur propre ; en outre, son histoire et son esprit sont passablement différents de ceux des prêtres.

La maladie et la mort de Champagnat se dérouleront donc dans un contexte de tension entre Colin et Champagnat sur la nature de la Société de Marie et particulièrement sur le statut de la branche des Frères. Le Testament spirituel du 18 mai 1840 et le décès de M. Champagnat résoudront provisoirement ces questions de fond en établissant clairement J.C. Colin comme successeur légitime et supérieur de toute la Société de Marie. Mais cette unité sera plus formelle que profonde et trouvera sa solution dans une séparation à l’amiable dans les années 1852-1863. C’est donc l’histoire de deux conceptions de la Société de Marie, d’une rivalité institutionnelle et d’une crise de succession que je parlerai, la maladie et la mort de Champagnat en étant les révélateurs et imposant dans l’urgence des solutions provisoires.

 

1. LES RELATIONS DIFFICILES ENTRE J.C. COLIN ET M. CHAMPAGNAT EN 1836-1840

Grâce au recueil de sources intitulé « Colin sup »1 nous pouvons suivre les principales péripéties de la mise en place d’une Société de Marie où, en plus des questions de fond évoquées ci-dessus, les problèmes matériels et administratifs jouent une place non négligeable.
Un peu avant la reconnaissance de la Société de Marie, le 13 octobre 1835(OM4/ 903-904) Champagnat et les Pères de Valbenoîte ont constitué une société présidée par M. Rouchon, curé et propriétaire. Son apport en biens meubles et immeubles est de 6000 F. La part de M. Séon, prêtre mariste, s’élève à 10 000 F. en espèces et mobilier ; Pierre Colin, frère aîné de Jean-Claude, n’a pour tout capital que « son industrie ». Le P. Champagnat apporte à la société L’Hermitage et la Grange Payre, soit un capital de 15 000 F. en bien meubles et immeubles. Mais « il en conservera l’administration particulière pendant sa vie ». Dans une lettre du 6/11/ 1836, soucieux de bonne gestion, J.C. Colin demandera à Champagnat de lui fournir une copie de l’acte évoqué ci-dessus (Colin sup. doc. 6). Ainsi, jusqu’en 1835 tous les biens de la branche des Petits Frères de Marie sont la propriété personnelle de Champagnat. Le fait qu’il soit devenu religieux en 1836 ne l’a pas empêché de continuer l’administration de ces biens. C’est seulement la perspective de sa mort prochaine qui imposera en 1840 la constitution d’une nouvelle société constituée de Champagnat et de six Frères.

Ce n’est pas seulement à propos de l’administration des biens que le P. Colin, dans une lettre du 11 août 1837 (Colin sup. doc. 15) se livre à une critique en règle de la manière de gouverner du P. Champagnat.

« Je me sens pressé de vous conseiller à suspendre pendant trois mois toute espèce de projet, à vous occuper uniquement à bien former vos frères et à mettre sur un bon pied votre maison-mère et vos établissements particuliers et à régler si bien vos affaires que si vous deviez mourir dans trois mois tout fût en règle […] Votre santé s’en portera mieux et votre  âme aussi ».
Aux yeux du nouveau supérieur de la S.M., Champagnat se comporte donc trop en homme d’affaires, manque de rigueur dans sa gestion, et néglige la formation de ses disciples. On décèle aussi dans ses propos une certaine inquiétude quant à la santé de son confrère. Ces critiques contribueront certainement à la démission de Champagnat comme supérieur des Frères le 18 septembre à la fin de la retraite des Pères Maristes. Et le 29 septembre (Colin sup. doc. 18) J.C. Colin affirme encore plus nettement à Champagnat ses inquiétudes sur l’état de santé:
« Priez beaucoup pour que le bon Dieu me fournisse le moyen de vous donner un aide le plus tôt possible2. Je lui demande cette grâce tous les jours. Je sens que vous en avez besoin ».
Une lettre du 27 octobre 1837 sera d’un tout autre ton: Colin exige de Champagnat qu’il lui envoie pour des « enfants qui appartiennent à des familles choisies » des frères bien éduqués et à la vertu éprouvée pour servir dans le collège des Pères de Belley.: « Il faut que les maisons des pères soient bien servies et que pour cela, s’il est nécessaire, l’on fasse même moins d’établissements ». Et il ajoute : « Je médite une grande réforme dans le gouvernement et la conduite des frères […] Vos idées me paraissent trop fixes sur certains points et je doute qu’en cela vous fassiez la volonté de Dieu ».Un de ces points est le manque d’onction ecclésiastique : « Evitez de traiter les affaires d’une manière brusque ; évitez également toutes espèces de plaisanterie que je regarde comme entièrement opposées à l’esprit religieux ».

L’année 1838 se passe sans éclat car Champagnat est occupé à Paris pendant plus de six mois par la question de son autorisation légale. C’est le moment où s’affirme le rôle du F. François comme administrateur3. L’année 1839 est au contraire sous le signe du conflit, avec une lettre comminatoire du 22 février (Colin sup doc. 60) qui reproche à Champagnat de ne pas avoir envoyé de frère à Verdelais, dans le diocèse de Bordeaux, pour venir en aide à M. Chanut. C’est l’occasion pour Colin de préciser sa pensée sur la branche des Frères au sein de la S.M. :

« Un frère au service des pères de la Société fait vingt fois plus de bien à mon avis que s’il était employé dans une commune où, Dieu merci, les moyens d’instruction de la jeunesse ne manquent pas aujourd’hui. Mais vous n’avez jamais pu bien comprendre cet ordre et ce but de la société4 ».

C’est donc une divergence de fond entre deux Maristes de la première heure et deux fondateurs. Pour Colin, la branche des Frères n’est pas dans le plan primitif de la Société et les Frères enseignants sont une création particulière de Champagnat qui n’a pas d’utilité apostolique par elle-même. Comme beaucoup d’ecclésiastiques de son temps il n’attache guère d’importance à l’éducation des milieux populaires. Quant à Champagnat, s’il a clairement affirmé que les Frères n’étaient qu’une branche postérieure de la SM (cf Lettres de 1827 et Vie), il ne conçoit pas celle-ci sans des Frères voués à l’enseignement populaire. Il est donc un obstacle à une réorganisation de la S.M. selon les vues coliniennes.

Et cet obstacle est de taille !  Même si la puissance économique qu’il représente est une donnée secondaire elle ne peut être négligée. Surtout, la branche des Frères s’accroît rapidement et Champagnat jouit auprès de ses nombreux disciples du prestige d’un fondateur. Considéré comme le supérieur de la congrégation de Frères du diocèse, il est fortement soutenu par l’archevêché. De plus en plus, et contrairement aux idées de Colin, l’éducation populaire est jugée comme une cause prioritaire et Champagnat fait figure de précurseur en ce domaine. Enfin, la S.M. commence tout juste à installer son centre dans le diocèse de Lyon alors que Champagnat y a toujours été. Il  ne souffre que d’un seul handicap, mais particulièrement grave : il ne réussit pas  à obtenir l’autorisation légale de son institut. Et ce sont ses démarches harassantes pour l’obtenir qui seront la principale cause de sa maladie et de sa mort prématurée en 1840. Et même, cette absence de statut officiel va obliger Champagnat à faire du P. Colin son successeur. Mais en 1839 on n’en est pas encore là.

 

2. CONSTRUCTION D’UN RECIT DE LA MALADIE ET DE LA MORT DE CHAMPAGNAT

La circulaire du 6juin 1840 par laquelle le F. François annonce aux communautés le décès du Fondateur se termine par ces mots : « Il sera envoyé de la Maison-Mère dans chaque établissement un détail circonstancié de la maladie et de la mort de notre bon Père Supérieur. Son portrait a été tiré au naturel et vous sera remis à la première occasion ».

Le portrait est celui du peintre Ravery dont une copie lithographiée ne sera donnée aux Frères que bien plus tard. Quant au récit annoncé il n’a certainement jamais été envoyé. En effet, le 20 novembre 1840 le F. François et ses assistants dans une circulaire aux Frères de Polynésie leur annonçant notamment la mort de « notre Père et notre Supérieur » se contente de ces mots :
« Il s’est endormi dans son sein (de Dieu) le samedi 6 juin, veille de la Pentecôte à 4 h ½ du matin, après trois quarts d’heure d’une paisible agonie. Sa dernière maladie l’avait tellement épuisé et abattu qu’il n’était plus que comme un squelette vivant. Sa mort comme sa vie a été pleine d’édification. Nous ne doutons pas qu’elle n’ait été précieuse aux yeux du Seigneur. »
C’est apparemment le premier récit écrit sur la maladie et la mort du P. Champagnat. Et si un texte plus étoffé avait existé il aurait été joint aux copies du Testament spirituel et de la circulaire du 6 juin 1840 dont la lettre annonce l’envoi. Cependant, un peu plus tôt, dans sa circulaire du 8 septembre 1840 (Circulaires, tome 1 p. 43) invitant les Frères à la retraite, le F. François en annonce l’esprit : « Nous le retrouverons (le Fondateur) dans les monuments de son zèle et de son dévouement pour nous, dans le souvenir de ses pieuses leçons, dans le mutuel récit de ses vertus et de ses saints exemples ».

Durant la retraite d’octobre les supérieurs ont donc évoqué la maladie et la mort du fondateur de manière assez précise pour des Frères des écoles certainement avides de détails. Ils ne pouvaient guère parler sans un minimum d’écrits, notamment pour rapporter les exhortations de Champagnat,  et certains Frères auditeurs prenaient certainement eux-mêmes des notes. Paradoxalement, c’est le récit de la maladie et de la mort de M. Champagnat qui sera la première manifestation du projet de rassembler la documentation la plus complète possible sur sa vie. Les quelques lignes aux Frères de la Polynésie sur la fin du P. Champagnat sont l’écho de ce qui a été dit au cours de la retraite d’octobre en même temps que le point de départ de la Vie.

Quand il a élaboré le récit de la fin de Champagnat dans les années 1850-56 le F. Jean-Baptiste (qui était dans le Nord en 1839-1840) a dû se servir de sources écrites diverses qu’il a mises en ordre en s’aidant d’une chronologie précise et d’une description quasi clinique de la maladie et de ses progrès qui portent la marque du F. François, témoin privilégié. Il réussit finalement à camper un portrait à la fois émouvant et glorieux d’un Champagnat qui par sa ferveur, sa lucidité ; ses prophéties, ses exhortations,  ses rencontres particulières ou solennelles avec les Frères (extrême onction, Testament), meurt en homme inspiré, en saint et en fondateur. Quant aux  Annales de l’institut du F. Avit (1840 § 647-671) bien plus tardives que la Vie elles en copient bien des passages mais semblent s’inspirer parfois d’autres sources. Nous ferons de temps en temps état de ces divergences. Les Mémoires du F. Sylvestre reprennent simplement le récit du F. Jean-Baptiste en y joignant quelques souvenirs personnels.

 

3. LA MALADIE DE CHAMPAGNAT ET LE PROCESSUS D’ELECTION DU F. FRANCOIS

D’après la Vie le problème de la santé du P. Champagnat se pose sérieusement dès 1839. L’auteur du chapitre 20 nous dit :

« En quittant Paris, le Père Champagnat se rendit à Saint-Pol-en-Artois5, pour traiter avec les autorités de cette ville de la fondation d'une école. […]Ses pénibles courses dans la capitale et les déboires de tous genres qu'il y essuya, finirent de ruiner son tempérament et d'user le peu de forces qui lui restaient; de sorte qu'il fut facile, à son retour, de comprendre qu'il ne pouvait pas aller loin. »

Suit tout un développement faisant l’éloge du P. Colin, qui « fut le premier à s'apercevoir et à s'inquiéter de la maladie du pieux Fondateur » et a envisagé « de pourvoir avant sa mort à son remplacement, en faisant élire un Frère pour lui succéder ». Mais ces propos sont une construction a posteriori. Tout d’abord, comme il est dit est dit au chapitre 20 (p. 222), depuis sa maladie de 1825 le P. Champagnat pâtit d’une santé fragile qui a dégénéré en gastrite chronique occasionnant des vomissements et l’empêchant de s’alimenter normalement6. Mais comme ces problèmes ne semblent pas nuire gravement à ses activités on ne s’en inquiète guère, le P. Colin pas plus que les autres, comme le montre sa lettre sévère de février 1839 qui, manifestement, ne cherche pas à ménager un malade.

En fait la raison principale de cette élection d’un successeur est due à la mort du cardinal Fesch, archevêque de Lyon en titre, à Rome le 13 mai 1839. Depuis 1824 c’est Mgr. de Pins qui assure l’administration du diocèse avec le titre purement honorifique d’archevêque in partibus d’Amasie. Il a longtemps espéré devenir archevêque de Lyon mais ses espoirs seront vite déçus : comme il est légitimiste, le gouvernement orléaniste ne veut pas de lui et nomme le cardinal d’Isoard le 13 juin. Evidemment, entre la nomination et la prise de possession du diocèse par le nouvel archevêque, vont se passer plusieurs mois, durant lesquels Mgr. De Pins et son conseil expédieront les affaires courantes (OM4 p. 201 et 332)... Mais il est clair qu’au début de 1840 l’ancienne administration diocésaine devra laisser la place. Le P. Colin sait que les départs de Mgr. de Pins et de M. Cholleton son vicaire général vont priver la S.M. de puissants protecteurs. Le nouvel archevêque pourrait être moins favorable et en tout cas aura besoin de temps pour s’informer sur la Société. Colin va se révéler grand stratège en profitant du peu de temps qui reste à l’administration de Pins pour clarifier ses relations avec Champagnat et assurer l’avenir.

Tout d’abord, Mgr. de Pins, très affecté par l’affront qui lui est fait, proteste contre sa mise à l’écart et se retire à la Grande Chartreuse de la mi-juillet à la fin août 1839. C’est sans doute en septembre que le P. Colin «  alla de sa propre autorité trouver Monseigneur l'archevêque7, lui fit connaître l’état où se trouvait le P. Champagnat […] et le supplia de donner les pouvoirs nécessaires pour faire élire un Frère pour lui succéder » (Vie, Ch. 20 p. 225). Le F. Avit ne dit rien de cette entrevue et aucun document de l’archevêché n’en porte la trace mais il n’y a pas lieu de douter d’une telle entrevue puisque le P. Colin ne pouvait agir qu’avec l’accord de l’autorité légitime. Mais Mgr. de Pins ne lui a certainement pas accordé le pouvoir de faire élire un supérieur des Frères, contrairement à ce qu’affirme la Vie, mais simplement de nommer8 une Direction générale des Frères, fonction que les Frères François et Louis-Marie accomplissaient déjà en fait. Il s’agissait donc d’un aménagement interne ne nécessitant qu’une autorisation orale.

Le P. Colin présidera donc la nomination-élection en tant que délégué de l’archevêché et comme supérieur de la Société de Marie. Mais l’entrevue de Pins- Colin certainement au cours du mois de septembre a laissé peu de temps donc peu de temps avant la retraite des Frères au début du mois d’octobre. Le récit de la Vie donne d’ailleurs l’impression d’une élection précipitée, le P. Colin s’invitant à la retraite et obtenant l’adhésion du P. Champagnat peu de jours avant l’élection du 12 octobre. Le F. Avit, davantage soucieux de Champagnat, prétend qu’il l’avait invité à la retraite. En tout cas, à cette dernière date on sait certainement à L’Hermitage que le cardinal d’Isoard, nommé au siège de Lyon, est décédé le 7 octobre. Mais cet événement, qui accorde six mois de plus à l’administration de Pins, n’a pas fait renvoyer l’élection à plus tard9. En fait, c’est la mort du P. Champagnat, plus rapide que prévue, et la future séparation entre Pères et Frères à partir de 1845 qui vont donner rétrospectivement à cette élection l’allure d’une succession.

 

4. DEUX TRADITIONS SUR LA PREPARATION DE L’ELECTION DE 1839

Le chapitre 20 de la Vie fait donc de Colin le concepteur et l’organisateur de l’élection de 1839 tandis que le P. Champagnat aurait plutôt laissé faire.

« Depuis longtemps la haute sagesse, le jugement profond et la grande expérience du Père Colin lui faisaient entrevoir des difficultés insurmontables à soumettre les Frères et les Pères à une même règle, à un gouvernement et à un supérieur uniques […] il croyait qu'il était indispensable pour le bien de tous que chaque branche eût ses règles, son gouvernement et son supérieur. Mais le Père Champagnat, qui avait travaillé toute sa vie dans l'idée d'une Société unique, et regardait avec raison cette union comme une garantie de la conservation de l'esprit religieux parmi ses Frères, n'entrait pas facilement, sur ce point, dans le sentiment du Père Colin ».

Au contraire le F. Avit s’attache à montrer que l’élection d’un « successeur » est largement l’œuvre du P. Champagnat

« Le bon Père sentait que ses forces s'en allai[en]t. Il prévit que sa mort n'était pas éloignée. Pour ne pas exposer l'avenir de sa chère Congrégation, il voulut pourvoir à son gouvernement avant de mourir. Il s'entendit donc avec le R.P. Colin et le pria d'assister à la retraite annuelle. Quoique souffrant, le pieux Fondateur y fit encore les conférences et le P. Chavas y donna les sermons. »
Le caustique F. Avit a même soin de minimiser le rôle du P. Colin par un détail cocasse : « Le R.P. Colin fit une conférence et recommanda aux Frères de se garder avec soin de toute mauvaise habitude, surtout de celle de priser10. Et le bon Père prisa 5 ou 6 fois en leur faisant cette dernière recommandation ». Il ne nous dit rien sur la manière dont les Frères ont été informés de cette élection,11 même s’il détaille les conditions dans lesquelles elle a été réalisée (Annales de l’institut, 1839, § 510-528)

Sans aller trop loin dans l’éloge du P. Colin je lui attribuerais l’essentiel du mérite de l’organisation des élections de 1839. Certes, la santé chancelante de Champagnat justifie cette initiative : en cas d’incapacité ou de décès du fondateur, une équipe sera en place pour gouverner les Frères au quotidien. Même si Champagnat reste supérieur des Frères, la présence d’un  Directeur général et d’assistants permet au P. Colin de sortir d’un face à face avec un Champagnat qu’il a jugé peu capable, peu docile, et peu au fait du véritable esprit de la S.M.

En tout cas, la Vie commet un véritable anachronisme en nous présentant un Colin partisan de la séparation entre les deux branches de la Société et un Champagnat très attaché à son unité. En 1839 c’est exactement l’inverse. Colin ne se résoudra à la séparation des deux branches qu’à partir de 1842 et c’est seulement en mai 1840 que Champagnat se résigne, par le Testament spirituel à confier la branche des Frères à Colin.

Cependant l’élection du F. François en octobre 1839, loin de permettre un renforcement de l’autorité de Colin sur la branche des Frères, semble contribuer à un résultat inverse comme l’indique la lettre du 29 février 1840, (Colin sup doc. 142) dans laquelle le P. Colin déclare renoncer à son projet d’unir les Frères de l’Hermitage aux Pères : désormais ceux-ci ne demanderont plus de personnel auxiliaire aux Frères Maristes mais ils formeront leurs propres coadjuteurs et leur donneront un habit particulier. Peut-être un certain dépit perce-t-il dans la fin de sa lettre : « pendant votre vivant je ne puis guère me mêler des frères enseignans (sic) ; en conséquence vous pouvez continuer à les gouverner selon l’esprit de Dieu comme par le passé »… Au fond, le P. Colin accepte avec réticence la complète autonomie des Frères sous l’autorité du P. Champagnat. L’unité n’est pas brisée mais les relations entre les deux Fondateurs des branches maristes sont devenues très froides.

 

5. DE L’ELECTION DU F. FRANCOIS A LA MALADIE DECLAREE (octobre 1839-mars 1840)

Le chapitre 21 de la Vie de Champagnat nous montre qu’après le 12 octobre 1839, dans un premier temps peu de choses changent dans le gouvernement. En novembre le Fondateur prêche une retraite au pensionnat de La Côte Saint André, puis il fait un voyage à Autun pour préparer la création d’un noviciat à Vauban, qu’il ouvrira personnellement les 5-8 décembre 1839. Il est rentré très fatigué puisque dans la circulaire du 10 janvier 1840, (Lettres, tome 1, 313) le F. François demande une neuvaine pour la conservation  de la santé du fondateur « toujours bien chancelante ». Sans quitter l’Hermitage celui-ci demeure actif, s’occupant notamment de son autorisation légale. Mais c’est sans doute à la fin du mois de février qu’un événement alerte son entourage : rendant visite aux ouvriers qui coupent le rocher et s’essayant à travailler comme eux un moment, il est victime d’un malaise.

 

6. UNE PREMIERE PHASE DE LA MALADIE

Le mercredi des cendres 4 mars le Fondateur est pris de violentes douleurs aux reins et d’une enflure permanente des jambes. Mais il n’est pas encore alité et vit le plus possible avec la communauté. C’est néanmoins durant ce mois consacré à St Joseph, patron de la bonne mort, que Champagnat envisage une fin plus rapprochée qu’il ne l’avait escompté jusque-là. Il constitue donc à la hâte une société immobilière comprenant lui-même et six Frères (Avit, 1840, § 643) sans aucun père mariste12. L’acte est enregistré le 22 mars à Saint Chamond en l’étude de Maître Mioche successeur de M. Finaz. Le 1° avril le P, Colin (Colin sup doc. 149) se montrera peiné que cet acte de société ait été déposé chez le notaire de St Chamond et non chez celui des Maristes à Lyon : « C’était un acte de confiance que vous ne pouviez déposer que chez M. Berloty ».

La Vie nous dit que c’est « peu de temps après ces arrangements » que le P. Maîtrepierre, bras droit du P. Colin, vient visiter le P. Champagnat, certainement pour aborder divers problèmes de gouvernement et s’informer de son état ; et celui-ci en profite pour faire une confession générale. Dans une lettre du 5 avril (Colin sup doc. 151) le P. Maîtrepierre déclare au P. Lagniet :

« J’ai passé huit jours à L’Hermitage dans le milieu du mois de mars ; le bon Père Champagnat allait mal ; je l’ai laissé un peu moins souffrant. Là encore j’ai été édifié. Nous venons d’apprendre qu’il va plus mal que jamais, nous ne savons pas au juste ce qu’il en est. Toutefois il est trop essentiellement mal pour aller loin, prions beaucoup pour ce vénérable père. »

Au début d’avril on sait donc chez les Pères Maristes que les jours de M. Champagnat sont comptés comme lui-même le sait et le dit. Le jeudi saint 13 avril il va à cheval à La Grange Payre, où demeure un pré-noviciat, faire ses adieux aux pensionnaires. Il leur adresse une exhortation que la Vie et le F. Avit transcrivent in extenso et dans les mêmes termes sauf à la fin. En effet, après une invitation à profiter de l’éducation reçue et à fuir le péché, le texte qui recommande de recourir à Marie est nettement plus long chez le F. Jean-Baptiste :


Vie, Ch. 21 p. 232

Avit, 1840 § 651

Vous obtiendrez cette grâce (de ne pas pécher) et vous sauverez votre âme si vous avez une grande dévotion à la Sainte Vierge…

Vous obtiendrez cette grâce (de ne pas pécher) et vous sauverez votre âme si vous avez une grande dévotion à la Sainte Vierge.

…et si vous récitez tous les jours le Souvenez-vous ou quelque autre prière pour vous mettre sous sa protection. Oui, mes enfants, si vous avez une grande confiance en Marie, elle vous obtiendra la grâce d'aller en paradis, je vous le promets».

 

Il est probable que ce discours aux enfants a été mis par écrit très tôt, peut-être par un ou plusieurs des Frères qui l’avaient entendu et que le F. Jean-Baptiste a utilisé plus tard cette source, peut-être en l’arrangeant quelque peu ou en faisant coïncider des versions différentes.

 

7. UN FRERE PEUT-IL ETRE LE SUCCESSEUR DE CHAMPAGNAT ?

Au début d’avril le P. Colin sait que le décès du P. Champagnat est imminent et il ne considère pas  le F. François, simple laïc, comme un supérieur au sens canonique. Mais il est trop tôt pour intervenir auprès du cardinal de Bonald nommé en décembre 1839 et qui ne prendra ses fonctions qu’en juillet. Devant la perspective d’une mort prochaine du P. Champagnat le P. Colin tente un rapprochement prudent par une lettre du 24 avril (Colin sup doc. 156) dans laquelle il pose le problème d’un nouveau supérieur, invitant Champagnat à « remettrre la branche des frères enseignans entre les mains de Mgr. l’archevêque […] qui  sans doute nommera un prêtre mariste pour en prendre soin, et ce concours de l’autorité première tournera au bien de tous ». Et il prie Champagnat de faire part de cette proposition aux F. François et Louis-Marie.

Il me semble que cette proposition doit être perçue comme une manière diplomatique de faire comprendre à un P. Champagnat obstiné que le problè_me de sa succession n’est pas réglé par l’élection du F. François et qu’il doit désigner un successeur crédible pendant qu’il en est encore temps. Mais Champagnat ne réagit pas à la suggestion, signe qu’il considére toujours le F. François comme son successeur.


Cependant, il s’affaiblit rapidement. Il parvient encore à ouvrir le mois de Marie le 30 avril mais ne dit plus la messe à partir du 3 mai, D’après un passage de la Vie (Ch. 22, p. 250) il a envisagé de mourir le jour de l’Ascension, le 8 mai, ou dans l’octave de la fête. C’est pourquoi, persuadé de sa mort imminente, il ordonne d’organiser la cérémonie de son extrême-onction en présence de toute la communauté de L’Hermitage le 11 mai. Comme la plupart des résidents de la maison ne l’ont pas vu depuis un certain temps « sa vue et son état de faiblesse et de souffrance impressionnèrent extrêmement les Frères et leur arrachèrent des larmes ».  A l’issue de la cérémonie il prononce un long testament spirituel que rapporte la Vie. « Qu’il fait bon mourir dans la Société de Marie » dit-il en concluant. Mais il ne désigne aucun successeur, considérant donc que ce rôle revient au F. François. Arrive alors un événement imprévu : l’assemblée est submergée par l’émotion et la désolation que la présence des supérieurs et des aumôniers ne parvient pas à contrôler.

Comme pour les adieux aux enfants de La Grange Payre, les F. Avit et Jean-Baptiste donnent dans les mêmes termes le testament spirituel oral de Champagnat en présence de toute la communauté. Tout d’abord Champagnat invite à se souvenir de ses fins dernières pour éviter le péché. Il exhorte ensuite les Frères à la charité, puis à l’obéissance. Le F. Avit n’en écrit pas plus mais la Vie ajoute le dernier paragraphe ci-dessous, qui n’est pas relativement marginal comme à La Grange Payre, mais parle de la vocation dans la Société de Marie et aussi ressemble beaucoup à la finale du Testament spirituel qui sera lu le 18 mai.


Vie  p. 235-236 Testament oral du 11 mai

Testament spirituel du 18 mai

«Mes enfants, ah! qu'il fait bon mourir dans la Société de Marie! c'est aujourd'hui, je vous l'avoue, ma plus grande consolation. Soyez donc fidèles à votre vocation, et pour cela gardez votre règle: car l'obéissance à la règle vous obtiendra la persévérance, vous fera aimer les devoirs de la vie religieuse et vous les rendra faciles. Aimez votre vocation, conservez-la; c'est par elle que Dieu veut vous sauver, et vous vous sauverez en effet, si vous avez le bonheur de mourir dans la Société de Marie. J'ai vu mourir un grand nombre de Frères; je n'en ai pas trouvé un seul qui, sur son lit de mort, fût fâché de s'être fait religieux, d'avoir persévéré dans sa vocation et de mourir avec l'habit de Frère de Marie»13.

Mes très chers Frères soyez fidèles à votre vocation, aimez-la et persévérez-y avec courage. Conservez-vous dans un grand esprit de pauvreté et de détachement. Que l’observance journalière de vos saintes règles vous préserve de manquer jamais au vœu sacré qui vous lie à la plus belle et à la plus délicate de toutes les vertus. Il y a des peines pour vivre en bon religieux mais la grâce adoucit tout. : Jésus et Marie vous aideront ; d’ailleurs la vie est bien courte et l’éternité ne finira jamais. Ah qu’il est consolant au moment de paraître devant Dieu de se rappeler qu’on a vécu sous les auspices de Marie et dans sa société »…

Je ne pense pas que le F. Jean-Baptiste ait ajouté tardivement une conclusion à un discours jugé trop peu mariste. Ce passage montre que le Testament spirituel du 18 mai s’inspire fortement des thèmes du précédent, ce qui n’a rien d’étonnant. Le plus important c’est qu’en se positionnant comme un fondateur qui ne renie en rien son appartenance à la Société de Marie mais ne désigne pas de successeur, le P. Champagnat opte pour une branche des Frères gouvernée par le F. François sous la tutelle plus théorique que réelle du P. Colin.

Mais combien pensent comme lui ? Le récit de la maladie du P. Champagnat note les nombreuses inquiétudes des visiteurs et des Frères quant à la survie de l’institut après lui. « Qu’allons-nous devenir et qui est-ce qui pourra se charger de conduire la Société si vous venez à nous manquer ? » lui dit un Frère venu le visiter. Le F. Stanislas, pense de même « et tous ceux qui venaient le voir ». Le P. Champagnat s’évertue à dire que Dieu n’a pas besoin des hommes et que la Providence y pourvoira et que « le Frère que vous avez choisi pour me succéder fera mieux que moi ». Mais le désarroi du 11 mai montre que domine l’idée que la mort de Champagnat pourrait bien annoncer celle de la Société des Frères (Vie, ch. 21 p. 232-233). Apparemment on ne tient guère compte de la tutelle du P. Colin ni de l’autorité du F. François.

Dans les Annales (1840, § 684-685) le F. Avit, qui décrit l’ambiance dans l’institut après le testament spirituel et le décès de Champagnat montre que ces craintes sont durables et va plus loin dans l’analyse : « Bien qu’il fût très estimé de tous, le C.F. François n’avait pas le caractère, l’initiative, l’énergie et l’entrain du P. Champagnat. Il ne possédait pas les cœurs et ne dominait pas les volontés […] on aimait peu son genre froid […] on le trouvait méticuleux. Quant à ses assistants « ils n’avaient pas encore la pratique du gouvernement […] Les Pères (maristes) les ecclésiastiques des environs et les bienfaiteurs faisaient les mêmes réflexions ».

 

8. DESIGNER UN HERITIER LEGITIME

Mais revenons au 11 mai, quand Champagnat se rend brusquement compte du désarroi massif de ses disciples. Très malade et certainement surpris par un tel événement, Champagnat ne peut réagir immédiatement. Dans une lettre du 13 mai à M. Cholleton, le P. Colin  sans doute renseigné par les aumôniers de L’Hermitage dit simplement : « Monsieur Champagnat s’en va mourant. C’est une très grande perte que nous faisons ».  Mais le récit de la Vie signale qu’à la fin d’une neuvaine à Ste Philomène commencée le 11 mai14 le P. Champagnat va mieux : « l’enflure des mains et des pieds cessa ; le mal de reins qui l’avait fait souffrir depuis le mercredi des cendres disparut » (Vie Ch. 22 p. 237). C’est probablement ce mieux et un temps de réflexion de quelques jours, qui permettent à Champagnat de faire rédiger un testament spirituel dans lequel, tout en reprenant les recommandations faites aux Frères le 11 mai il désignera clairement le P. Colin comme son héritier.
Le F. Avit (Annales, 1840, § 667) nous dit que c’est en un seul jour, le 18 mai que tout le processus de conception, rédaction et lecture du Testament a été accompli. Cela paraît un peu trop rapide mais la perspective d’une mort imminente de Champagnat obligeait à se hâter. Il me paraît néanmoins plus vraisemblable d’envisager l’ensemble de l’opération  sur deux ou trois jours, d’autant que Champagnat doit arbitrer un désaccord entre le F. François, réservé quant à l’opportunité d’un tel acte, et un F. Louis-Marie qui, y étant favorable, sera chargé de la rédaction. Un tel choix suggère que, la proposition du P. Colin de désigner un successeur (éventuellement l’archevêque) avait été discutée entre les trois hommes, comme y invitait d’ailleurs sa lettre et que la position du fondateur et du .F. François l’avait alors emporté sur celle du F. Louis-Marie. L’événement du 11 mai permet donc à la thèse du F. Louis-Marie de l’emporter tardivement15.

La lecture de ce testament par le F. Louis-Marie est déjà un signe fort envoyé au P. Colin qui le sait favorable à une succession en sa faveur. Elle a lieu le 18 mai après la prière du soir, dans la chambre de Champagnat, en présence de la communauté mais sans les novices et postulants. Le texte reprend largement des thèmes formulées le 11 mai en désignant sans ambigüité ni réserve le P. Colin comme l’héritier spirituel : « Le supérieur des Pères l’étant également de la branche des Frères doit être le centre d’union des uns et des autres […] Son esprit est le mien et sa volonté est la mienne ». Entre le 11 et le 18 mai Champagnat s’est donc rallié in extremis à la conception colinienne de la Société. Loin d’avoir été  obsédé par une étroite unité comme le dit l’auteur de la Vie au chapitre 20 p. 233, il ne s’y est résolu que pour préserver la branche des Frères d’une crise de succession. Bien qu’étant absent le 18 mai le P. Colin est la personne la plus concernée par ce Testament dont il va rapidement recevoir un exemplaire qui consacre l’allégeance de Champagnat et de la branche des Frères.

L’amélioration ressentie autour du 18 mai se confirme et pendant quelques jours le P. Champagnat peut se lever et inspecter la maison. Ce temps de rémission dure encore lorsque le P. Colin part à L’Hermitage le dimanche 24 mai  « pour voir le P. Champagnat qui heureusement ne va pas plus mal16 ».M. Mazelier arrivera le lendemain. C’est donc certainement le 25 mai que Champagnat  « s’entretint longuement avec le P. Colin »  et cette entrevue scelle une réconciliation et une allégeance de la branche des Frères devenue officielle le 18 mai. Le même jour probablement, l’entretien avec M. Mazelier confirme les accords précédents entre les deux fondateurs17.

Il semble que la version définitive du Testament spirituel n’ait été mise au point qu’assez tard, peut-être même après le 25 mai. En effet, la version du testament conservée aux archives des Pères Maristes est quelque peu différente de celle qui sera envoyée aux Frères le 6 juin 1840. Dans la version du 6 juin le paragraphe qui suit le préambule du Testament, demandant pardon à ceux que Champagnat aurait pu offenser, et déclarant qu’il  meurt « plein de reconnaissance et de soumission pour le Révérend Père Supérieur de la Société de Marie » ne se trouve pas à cet endroit dans la version des Pères Maristes, mais placée comme une sorte de codicille à la suite du texte principal. Vraisemblablement le 18 mai le F. Louis-Marie a prononcé une première version du Testament dont une copie signée du P. Champagnat a été communiquée au P. Colin. Mais c’est après la rencontre Colin-Champagnat du 25 mai qu’ont été rajoutés au bas du premier document deux paragraphes que la version définitive groupera en un seul au début. La signature du P. Champagnat apposée à la fin de codicille est nettement moins assurée que la première. Le scénario de la genèse du Testament spirituel envoyé aux Frères le 6 juin serait donc le suivant : tout d’abord le testament oral du 11 mai, remis en forme et augmenté par le F. Louis-Marie le 18 mai, complété le 25 mai puis définitivement fixé et lithographié en prévision du décès du P. Champagnat sans doute dès la fin du mois de mai. Le déplacement des deux paragraphes du codicille dans le corps du texte atténue fortement leur sens qui aurait pu susciter des remous dans la branche des Frères puisque Champagnat y reconnaissait une conduite discutable envers le P. Colin.

Dans les derniers jours du mois de mai la maladie reprend sous une forme nouvelle : Champagant ne peut  plus s’alimenter : « un feu dévorant lui consumait les entrailles » (Vie p. 248) et il vomit des caillots de sang. Chacun sait qu’il peut décéder à tout moment et les prêtres du voisinage viennent le visiter : le 1° juin M. du Treuil, curé de St Pierre de St Chamond et le 2 juin plusieurs ecclésiastiques du voisinage dont M. Janvier, ancien aspirant mariste. Il meurt au matin du 6 juin. Les deux Frères anciens qui l’ont veillé semblent n’avoir pas prévenu les supérieurs avant son décès.
J.C. Colin ne sera pas présent aux funérailles du P. Champagnat mais la Société de Marie y est amplement représentée par les P. Matricon et Besson (tous deux aumôniers de L’Hermitage) mais aussi Pierre Colin, frère aîné du supérieur, résidant à Valbenoîte, les P. Maîtrepierre, bras droit de J.C. Colin, Bertholon, Chavas et Soton18.

Ecrivant le 18 juillet à Mgr Pompallier, (Colin sup, doc. 185, § 11) J.C. Colin développe un bref éloge funèbre partiellement inspiré de la circulaire du F. François du 6 juin 1840, annonçant aux Frères le décès de Champagnat. Contrairement au F. François il se garde de lui reconnaitre le titre de fondateur. Il n’évoque pas non plus un rôle quelconque aux origines. En promettant l’envoi de copies du Testament spirituel il informe Pompallier, plus lié à Champagnat et à l’Hermitage qu’à lui-même et Belley, que la situation a changé et qu’une certaine dualité de la S.M. n’existe plus.
« J’ai la douleur de vous apprendre que la mort nous  enlevé le P. Champagnat le samedi 6 juin à 4 h ½ au moment où, depuis plusieurs années, il entonnait chaque jour le Salve Regina. Sa maladie a été longue et douloureuse, sa patience a été grande et sa mort précieuse aux yeux du Seigneur, nous osons l’espérer19. Cependant je le recommande encore à vos prières, il a beaucoup travaillé pendant le cours de sa pénible carrière. Je vous enverrai des exemplaires de son testament spirituel. Comme le P. Champagnat était chargé de votre procuration, il faudra que vous fassiez choix d’un autre. »

Dans une lettre adressée aux missionnaires le 21 novembre 1840 (Colin sup, doc. 218 § 2 ) le P. Colin est plus chaleureux  : « Je vous dirai en trois mots nos douleurs causées par la mort de deux excellents confrères, le vénéré P. Champagnat fondateur et supérieur des Frères de Marie et le très pieux Père Debeney directeur du séminaire de Meximieux […] l’un nous édifie encore et vous édifiera par son testament spirituel que nous vous faisons passer ».

Aux yeux du P. Colin le Testament spirituel lève un obstacle de taille à l’unification de la Société de Marie et il pense pouvoir intégrer la branche des Frères enseignants au corps de la S.M. Mais il lui faudra rapidement renoncer à ce projet devant les réticences des Frères, en particulier du F. François, et le refus de Rome d’envisager un seul supérieur pour des branches aussi différentes.

 

9. DERRIERE LA CRISE DE SUCCESSION UNE CRISE DE CROISSANCE

A la mort de Champagnat la congrégation comprend environ 280 Frères. La loi Guizot en 1833, en favorisant l’enseignement populaire a ouvert le marché de l’éducation et le recrutement est devenu massif. Le F. Avit (Annales, 1839, § 517-518) nous donne le chiffre des effectifs  en octobre 1839 : 110 profès perpétuels (dont 92 présents à l’élection) en principe les plus avancés en âge, mais 148 « non profès20 » plus jeunes et 13 postulants. Les « anciens » sont donc minoritaires et transmettre l’esprit des origines devient plus difficile.

La maladie de M. Champagnat a certainement déséquilibré quelque peu la marche d’une maison aux multiples services. Même si le récit fait l’éloge des Frères qui, à cette occasion, manifestent leur dévouement et leur vénération, il reste que les F. François, Louis-Marie et Stanislas sont fort occupés par le P. Champagnat en plus de leurs fonctions habituelles. Des frères sont appelés à veiller le fondateur la nuit. Le récit n’évoque presque pas les aumôniers de l’Hermitage mais ceux-ci voient aussi leur service compliqué. Il est certain que bien des Frères sont épuisés par une agonie qui n’en finit pas : le 5 juin (Vie p. 254) le médecin reconnaît que depuis dix jours il déclare que le malade va mourir dans les vingt-quatre heures. C’est sans doute pourquoi Champagnat, le soir du 5 juin  « eut encore assez de force pour les engager (les Frères de la communauté) à aller se reposer ». Et c’est veillé seulement par deux Frères anciens qu’il meurt vers 4 h 30 du matin.
Il ne faut donc pas croire que la vénération envers le Fondateur ait empêché un certain flottement. L’atmosphère de la maison devait rappeler celle du début de 1826, lorsque la maladie de Champagnat avait provoqué un grand découragement et un réel relâchement. Les Frères en charge, et même les aumôniers, très occupés et ne jouissant pas d’un prestige équivalent à celui de Champagnat devaient avoir quelque mal avec leurs sujets en formation et même de plus anciens. Nous en avons deux indices : tout d’abord la véritable manifestation de désarroi incontrôlable lors de la cérémonie d’extrême-onction du 11 mai ; ensuite autour du 20 mai, le P. Champagnat, qui peut sortir de sa chambre, se rend compte d’un certain relâchement de la surveillance des Frères : un novice ménage une sorte de niche dans un mur comme pour s’y cacher. Aussi Champagnat admoneste le responsable des travaux. Une autre fois il observe des Frères « qui travaillaient lâchement dans le clos » (Vie, Ch. 21, p. 237) et il fait des reproches au directeur du noviciat « car la paresse est l’un des plus mauvais vices » surtout pour les religieux.

Le décès de Champagnat ne va pas faire cesser cette atmosphère parce qu’elle est due en partie à une crise de croissance que des supérieurs peu expérimentés ne pourront contrôler que peu à peu. C’est pourquoi le P. Colin, considérant que les novices sont trop jeunes et trop sommairement formés pour prononcer les trois vœux, en particulier celui de chasteté, impose dès 1840 que les profès temporaires, à la sortie du noviciat ne prononcent que le vœu d’obéissance. En 1841 (Colin sup doc. 267) il reprochera aux supérieurs des Frères de les renvoyer trop facilement. Mais les notes d’un carnet du F. François laissent entendre que les abus étaient suffisamment sérieux pour nécessiter des mesures sévères.

 

CONCLUSION

Le récit de la maladie et de la mort du P. Champagnat a donc été l’occasion d’un débat de fond sur la nature de la Société de Marie que la reconnaissance canonique en 1836 d’une société de Marie réduite aux Pères a compliqué plutôt que clarifié. En devenant Père Mariste en 1836 et en acceptant en 1837 de n’être plus supérieur des Frères que par délégation, Champagnat ne renonce pas pour autant – et ses Frères non plus – à une histoire et une forme d’apostolat qu’il pense profondément légitimes et dans l’esprit des origines. Il y a donc rivalité entre deux conceptions de la S.M., deux traditions et deux fondateurs parce qu’il y a deux branches de la S.M. déjà solidement établies. Mais c’est une situation en contradiction avec le vieil idéal d’unité : « Cor Unum et Anima Una21 ». Profitant de la maladie de Champagnat et pressé par une succession archiépiscopale compliquée, le P. Colin va tenter cette réunification.

La nomination du F. François comme directeur général après sondage des Frères profès prépare l’avenir mais en même temps elle augmente la confusion. Tout d’abord, le P. Colin qui préside à cette nomination-élection à quel titre intervient-il ? En tant que délégué de l’archevêché ou comme supérieur de la Société de Marie ? En fait, dans les deux cas sa légitimité peut être jugée discutable22. Mais surtout, comment les deux fondateurs interprètent-ils  cette nomination-élection ?

Le P. Champagnat voit dans le Frère François un successeur destiné à le remplacer après son décès tandis que le P. Colin pense à un supérieur des Frères qui soit prêtre même s’il délègue l’administration à un Frère. La nomination du F. François en octobre 1839 est donc pensée comme une solution d’attente, d’autant que les Frères et Champagnat lui-même n’envisagent pas que la question d’une succession se pose concrètement si vite. Mais la maladie de Champagnat va très vite imposer la solution la plus réaliste : l’unification de la Société sous un seul fondateur-supérieur: le P. Colin.
Mais le processus d’autonomisation de la branche des Frères, freiné par le P. Colin à partir de 1836 puis interrompu par la mort de Champagnat en 1840, reprendra rapidement son cours pour aboutir à une indépendance, avec la reconnaissance légale en 1851 et le décret romain de reconnaissance en 1863. Toute provisoire qu’elle ait été, la solution de l’unité sous un seul supérieur aura néanmoins permis à un institut en crise de succession et de croissance, de passer un cap très délicat. Au fond, la position du P. Colin s’est avérée la meilleure à court terme et celle de Champagnat, plus utopique, sera consacrée par l’évolution à long terme. C’est dans ce contexte de prise d’indépendance des Frères par rapport aux Pères qu’a été écrit le récit de la captation de la branche des Frères à la faveur de la maladie et de la mort de leur fondateur. Et somme toute les chapitres 21-22 qui relatent cet événement font preuve de beaucoup de doigté pour gommer suffisamment les aspérités d’un assez rude conflit de succession de sorte que les protagonistes de l’affaire s’en tirent sans dommage.

Dans son récit le F. Avit paraît hériter d’une tradition des Frères moins irénique et moins favorable au P. Colin. Peut-être a-t-il connu et exploité des sources quelque peu différentes de celles du F. Jean-Baptiste. La plus significative évoque la mort du Fondateur le 6 juin en termes très différents de la Vie :


Vie, ch. 21 p. 254-255

Annales de l’institut, 1840 § 671

C’était un samedi 6 juin veille de la Pentecôte. Il avait dit plusieurs fois pendant sa maladie: «Je désirerais bien mourir un samedi; mais je ne mérite pas cette grâce, que j'espère pourtant de la bonté de Marie». Non seulement elle lui fut accordée; mais il lui fut encore donné de mourir à l'heure que, depuis plus de trente ans, il consacrait à la méditation et à l'union avec Dieu. C'est au moment de la prière et à la suite du chant du Salve Regina, que la Mère de miséricorde l'a fait passer de l'exil à la patrie, et lui a montré Jésus le fruit béni de son sein virginal.

Enfin l'heure marquée par la divine Providence allait sonner. Le souverain Juge allait lui adresser ces paroles évangéliques : "Bon et prudent serviteur, vous avez été fidèle en toutes choses, entrez dans la joie de votre Seigneur." Il allait rejoindre les 49 Frères qui l'avaient devancé aux pieds de Marie. Là il n'a pas oublié ceux qu'il laissait en ce lieu d'exil. Ne nous laissons donc pas abattre par la douleur, quoique si légitime, de ne plus le voir ici-bas.

 

Alors que le texte de la Vie, de ton très marial, insiste sur la personne de Champagnat, le F. Avit situe le Fondateur dans la lignée spirituelle des grands serviteurs de Dieu et des défunts de l’institut. Comme eux il est désormais un intercesseur. On sent chez lui l’influence des circulaires du F. François, particulièrement dans la phrase finale qui invite à ne pas se laisser abattre. Elle refléte en effet l’état d’esprit que les supérieurs ont voulu inculquer aux Frères immédiatement après la mort du Fondateur (Vie Ch. 23 p. 258). C’est une manière d’affirmer qu’ils ne considèrent pas le Testament spirituel comme une rupture fondamentale et qu’on s’attend à voir la branche des Frères garder une grande autonomie. Et le P. Colin saura exercer une tutelle prudente qu’il n’avait guère pratiquée dans les années 1836-39.

En somme, depuis 182623 le P. Champagnat avait exercé sans les distinguer les rôles de supérieur et de directeur, l’un plus charismatique, l’autre plus administratif. Avec le Testament spirituel les deux fonctions seront séparées, le P. Colin faisant figure d’héritier du charisme mariste tandis que le F. François représente davantage la continuité administrative et l’esprit de L’Hermitage.

________________
F. André Lanfrey,  septembre 2019

 

Fin du testament contenu dans les archives des Pères Maristes.
Les deux signatures de Champagnat indiquent deux rédactions successives, la seconde étant moins assurée que la première. Les deux paragraphes ajoutés figurent eu un seul paragraphe au début de la version définitive.

 



1 Le sous-titre du tome 1 publié par le P. Gaston Lessard à Rome en 2007est : «Documents pour l’étude du généralat de J.C. Colin (1836-1842 ».

2 Ce prêtre sera M. Chanut présent à L’Hermitage en 1837-38. Mais c’est parce qu’on n’a plus voulu de ce prêtre assez brouillon au pensionnat de La Favorite. 

3 Le P. Colin le salue « nommément » dans sa lettre du 27 octobre 1837. 

4 Et il invite Champagnat à trois jours de retraite pour s’humilier de n’avoir pas fait la volonté de Dieu.

5 Il s'agissait d'une sous-préfecture située à 700 Km de l'Hermitage. Le P. Champagnat, à la suite de la demande du ministre (LPC 1, doc. 195, p. 395), se rendit sur les lieux (LPC 1, doc. 197, p. 400). Le Frère Jean-Baptiste, premier directeur de cette fondation, y réussit brillamment (Cf. Le journal «L'Ami de la religion», No 103 p. 377).

6 Ces problèmes sont évoqués un peu plus longuement au début du chapitre 21 (p. 229).

7 Mgr. de Pins archevêque in partibus d’Amasie.

8 Il s’agit bien d’une nomination après sondage auprès des Frères.

9 Mgr. de Bonald ne sera nommé que le 8 décembre 1839 et ne prendra ses fonctions que le 2 juillet 1840, après la mort du P. Champagnat.

10 Priser consistait à se placer du tabac dans les narines. C’était alors un usage très courant.

11 C’est en fait un sondage confirmé par le P. Colin, ce que le F. Avit souligne dans les Annales (1839, § 528)

12 Il avait été entendu que les administrations des deux branches seraient séparées.

13 Il est très étonnant que le F. Avit n’ait pas du tout cité, au moins de manière succincte, ce texte qui à priori apparait comme le plus important du sermon du Fondateur. Mais sa grande ressemblance avec la finale du Testament spirituel pose la question de l’authenticité de ce passage.

14 Cependant au début du chapitre 22 p. 240 cette amélioration est située avant le 18 mai.
En fait il semble y avoir deux neuvaines successives : l’une au début du mois de Marie et une autre après le 11 mai. A mon avis la date de rémission la plus sûre est à situer autour du 20 mai.

15 C’était probablement aussi celle des aumôniers de L’Hermitage dont le récit de la Vie sous-estime certainement l’importance. La position du F. Louis-Marie était certainement connue du P. Colin.

16 Lettre du P. Maîtrepierre au P. Lagniet, le 24 mai 1840. (Colin sup, doc. 176).

17 M. Mazelier reçoit dans le diocèse de Valence les Frères de l’Hermitage soumis au service militaire.

18 Circulaires des PFM, tome 1 p.  41 et 323-325.

19 Ce membre de phrase ajouté à une affirmation qui vient du F. François exprime une réserve.

20 En fait profès temporaires et novices.

21 Dans son Testament spirituel Champagnat emploie plusieurs fois cette formule en français : « un même cœur et un même esprit ».

22 En bonne logique c’était à Champagnat, en tant que supérieur canonique des Frères que revenait le droit d’obtenir l’autorisation de l’archevêché et de présider la nomination d’un directeur général.

23 Le F. J.M. Granjon, élu directeur en 1819 quitte l’institut et n’est pas remplacé.

241 visits